L'éolien offshore gagne du terrain en Europe

ENERGIE Alors que l'année 2010 a enregistré une augmentation record de la capacité éolienne, de nouveaux projets de grande ampleur vont voir le jour…

Audrey Chauvet

— 

Eoliennes en mer au Danemark en 2009.
Eoliennes en mer au Danemark en 2009. — ANGOT/SIPA

Les côtes européennes bientôt sillonnées d’éoliennes? Si certains pays sont encore loin de s’éclairer grâce à la force du vent, la capacité éolienne installée au large a fortement augmenté en 2010: selon l’association européenne de l’industrie éolienne (Ewea), les 308 nouvelles éoliennes européennes installées dans cinq pays ont apporté 883 mégawatts supplémentaires, soit une hausse de 51% par rapport à 2009. La production d’électricité grâce aux turbines en mer devrait encore augmenter en 2011 avec le lancement de l’appel d’offres pour une ferme de 600 turbines en France et le début des travaux de construction d’une gigantesque ferme au large de l’Angleterre.

5.000 éoliennes supplémentaires en mer du Nord

L’Europe compte désormais 1.136 éoliennes offshore, qui peuvent produire 2.964 mégawatts, soit l’équivalent des besoins en électricité de 2,9 millions de foyers européens, note l’Ewea. Mais les capacités sont inégalement réparties entre les pays: le Royaume-Uni et le Danemark représentent à eux seuls près de 75% de la production électrique éolienne en mer. Suivent, de loin, les Pays-Bas et la Belgique.

Le Royaume-Uni, premier producteur d’énergie éolienne, va encore accroître ses capacités avec l’immense ferme de 5.000 éoliennes qui verra le jour à Hull, dans le Yorkshire. Le groupe Siemens a annoncé la semaine dernière le lancement de ce projet de 95 millions d’euros, qui devrait permettre au Royaume-Uni de tenir ses engagements en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Et créer quelques milliers d’emploi dans une région dont l’économie est en berne.

Lancement de l’appel d’offres pour la France

En France, aucune éolienne offshore pour l’instant. Mais l’appel d’offres tant attendu devrait être annoncé mardi par Nicolas Sarkozy, en déplacement à Saint Nazaire. Cet appel d’offres prévoit l’installation de 600 turbines, d’une capacité de 3.000 mégawatts, dans cinq zones de Saint Nazaire au Tréport.  EDF Energies Nouvelles et Alstom s'associeront pour y répondre et veulent ainsi participer à la création d'une filière française de l'éolien.

Alors que le Grenelle de l’environnement prévoit l’installation de 6.000 mégawatts au large des côtes françaises d’ici à 2020, la France a un retard à rattraper par rapport à ses voisins européens. En 2010, l'éolien français a vu sa production croître de 22,2% mais sa part dans le mix énergétique représentait  cependant moins de 2%. Exception française, le nucléaire représente toujours plus de 80% de la production d’électricité.