Trafic d'animaux: des têtes et des mains de singes saisies au Gabon

ANIMAUX Selon le WWF, c'est la plus grosse prise depuis dix ans…

A.C.

— 

Des crânes de chimpanzés dans un parc de Côte d'Ivoire.
Des crânes de chimpanzés dans un parc de Côte d'Ivoire. — AFP PHOTO/ KAMBOU SIA

Le trafic d’espèces sauvages menacées continue de faire des victimes dans les grandes forêts africaines. La BBC rapporte jeudi  l’arrestation de cinq personnes au Gabon après la saisie de douze têtes et trente mains de chimpanzés. Des peaux de léopards, de lions et de serpents, ainsi que cinq queues d’éléphants faisaient aussi partie de la chasse, interceptée par les autorités gabonaises.

«L’impressionnante collection d’espèces protégées qui ont été trouvées est très inquiétante», commente David Greer, en charge des grands singes d’Afrique au WWF. «A ma connaissance, il n’y a pas eu de saisie de cette ampleur en Afrique centrale depuis dix ans.»

Le braconnage peut être arrêté si la loi est renforcée

Chassés pour leur viande ou pour l’usage de leurs membres dans la médecine traditionnelle et la magie noire, les grands singes d’Afrique sont une espèce en voie de disparition. Selon le WWF, les trafiquants arrêtés devraient comparaître devant un tribunal cette semaine.  «Le problème du braconnage n’est pas spécifique au Gabon, il en existe dans toute l’Afrique centrale et de l’Ouest. Mais ces arrestations démontrent qu’on peut arrêter les braconniers grâce à un renforcement de la loi», déclare Luc Mathot, de l’ONG Conservation justice.