La SNCF veut emmener ses voyageurs jusqu'au dernier kilomètre

TRANSPORTS Co-voiturage, vélos ou réseaux de bus, la SNCF veut nouer des partenariats pour simplifier les déplacements non polluants…

A.C.
— 
Le tram-train de Mulhouse-Thann, inauguré le 11 décembre 2010.
Le tram-train de Mulhouse-Thann, inauguré le 11 décembre 2010. — AFP PHOTO/SEBASTIEN BOZON

« Il ne s’agit plus d’emmener les voyageurs de gare à gare mais de quelque part à ailleurs». Pour Bernard Emsellem, directeur général Ecomobilité à la SNCF, le défi de son entreprise pour les prochaines années est de prendre en compte l’ensemble du trajet de ses usagers en favorisant les déplacements non polluants. Pour cela, la SNCF a de nombreux projets dans ses cartons: auto-partage, location de vélos ou tram-train devraient se généraliser dans les prochaines années.

Le co-voiturage étendu à plusieurs régions

Les usagers franciliens sont les premiers à expérimenter le covoiturage, en lien avec les trains Transilien de la région. En partenariat avec la société Greencove, la SNCF a développé un système de covoiturage via le site Web des trains d’Ile-de-France. Il suffit aux voyageurs de créer un compte pour proposer ou rechercher un covoiturage. Une carte interactive leur indique les trajets proposés vers ou à destination de leur gare (sauf pour les grandes gares parisiennes).

Et si on ne peut pas prévoir son heure d’arrivée à la gare, Arnaud Sarfati, président de Greencove, a une solution: des écrans en gare permettront bientôt au voyageur de trouver un véhicule dès sa sortie du train. Déjà mis en place en Franche-Comté, ce système devrait être étendu au Languedoc-Roussillon et à la Lorraine courant 2011.

La SNCF n’aura pas Auto’lib mais compte réutiliser ses connaissances

Car on a beau préférer le train, la voiture est parfois indispensable pour se rendre dans des zones non desservies par les transports en commun. La SNCF souhaite multiplier les partenariats avec les réseaux d’auto-partage qui fleurissent dans les villes. En Languedoc-Roussillon, l’offre Modulauto est associée aux abonnements de TER, qui permettent de bénéficier d’un abonnement gratuit ou réduit aux voitures en libre-service à Narbonne, Montpellier et Nîmes.

Si le consortium Avis-RATP-SNCF-Vinci a perdu l’appel d’offres pour Auto’lib à Paris, la SNCF compte utiliser ses connaissances pour s’associer, dans d’autres régions, à des projets globaux de transports.

Des tram-trains à Lyon et Nantes

Les tram-trains, ces rames qui peuvent passer du mode train entre deux villes au mode tramway dans les centres urbains, est également une des voies à explorer pour le futur selon la SNCF. Le tram-train de Mulhouse est un succès: «Avec un seul billet on peut faire un trajet rapide entre deux villes puis choisir son arrêt en centre-ville, explique Olivier Melquiot, responsable du programme tram-train. On offre la continuité aux voyageurs.» En 2011, des projets de tram-trains seront développés à Nantes et dans l’Ouest lyonnais.

 La SNCF teste également des offres à destination des plus sportifs, avec notamment en Bretagne un site Web permettant de localiser les vélos à louer près des gares. Mais lorsqu’on parle d’écomobilité, c’est-à-dire de diminuer l’impact des transports sur l’environnement, il faut également penser à éliminer les déplacements inutiles. La distribution des «paniers fraîcheurs» dans les gares d’Ile-de-France évite déjà un trajet au supermarché: chaque soir, de 16h à 19h30, les voyageurs peuvent retirer un panier de légumes frais et sortir de la gare avec le repas du soir.