BP pourrait être condamnée à payer 16 milliards d'euros au gouvernement américain

MAREE NOIRE L'administration américaine a déposé une plainte contre le groupe pétrolier et huit autres entreprises impliquées dans la marée noire d'avril dernier…

A.C.

— 

Le président Barack Obama inspecte une plage de Louisiane souillée par le pétrole échappé de la plateforme BP, le 28 mai 2010.
Le président Barack Obama inspecte une plage de Louisiane souillée par le pétrole échappé de la plateforme BP, le 28 mai 2010. — L. DOWNING / REUTERS

Huit mois après l’explosion de la plateforme Deepwater dans le golfe du Mexique, le gouvernement des Etats-Unis a déposé une plainte mercredi contre BP et huit autres entreprises, co-responsables de la marée noire. Elles sont accusées d’avoir enfreint le droit de l’environnement américain, notamment en matière de règles de sécurité. L’administration américaine espère obtenir des dommages et intérêts «illimités» pour couvrir les coûts de nettoyage, les pertes économiques dans la région de la Nouvelle-Orléans et les dégâts sur l’environnement.

BP remet en question les estimations du gouvernement

Aux côtés de BP, Transocean, la société propriétaire de la plate-forme, et Lloyds of London, l’assureur du groupe pétrolier, comparaîtront  devant le tribunal de la Nouvelle-Orléans. Seule entreprise impliquée dans la marée noire à ne pas être accusée, le cimentier Halliburton n’aura pas à répondre de la mauvaise conception de la dalle de ciment supposée boucher le puits. Le procureur Eric Holder a toutefois précisé que la plainte pourrait être modifiée dans les prochains mois, au fil des résultats de l’enquête menée par les autorités pour établir les responsabilités respectives des entreprises.

BP a déclaré mercredi que la plainte ne s’appuyait que sur les allégations du gouvernement, dont elle remet en cause notamment l’estimation de la quantité de pétrole qui s’est déversée dans l’océan. Transocean, pour sa part, réfute toute responsabilité dans l’accident.  

Des sanctions financières qui pourraient atteindre 16 milliards d’euros

La plainte du gouvernement s’appuie sur deux lois: le «Oil pollution act», au titre duquel les entreprises devraient réparer tous les dommages liés à la marée noire y compris environnementaux, et le «Clean water Act», qui pourrait soumettre BP et ses partenaires à des sanctions civiles d’un montant de 1.100 dollars (environ 800 euros) par baril déversé. S’il s’avérait que BP a commis des négligences graves, l’amende pourrait atteindre 4.300 dollars par baril (3.200 euros).

 L’administration n’a pas donné le montant des dommages et intérêts réclamés, l’ampleur totale des dégâts n’étant pas encore connue. Mais en se basant sur l’estimation de 4,9 millions de barils déversés dans le golfe du Mexique, les pénalités financières pourraient se situer entre 5,4 et 21,1 milliards de dollars (entre 4 et 16 milliards d’euros). BP a déjà versé 20 milliards de dollars (15 milliards d’euros) dans un fonds destiné à indemniser les pêcheurs, hôteliers, restaurateurs et propriétaires de Louisiane.

La commission d’enquête accuse un employé en pause cigarette

L’enquête suit son cours sur les erreurs qui ont conduit à la catastrophe. La semaine dernière, la commission nommée par Barack Obama a accusé toutes les entreprises impliquées de mauvaise gestion. Selon elle, des dizaines de décisions ont été prises au mépris des consignes de sécurité. Une enquête des gardes-côtes a également accusé un employé de Halliburton de ne pas avoir vu les premiers signes de pression anormale sur le puits alors qu’il faisait une pause cigarette.

 Dans le golfe du Mexique, la nature a bien du mal à s’en remettre : la semaine dernière, une zone de 10km2 a été fermée à la pêche à la suite de la découverte de boulettes de pétrole dans les filets d’un bâteau.