Le climat doit être le "sujet central" du G20 selon la Fondation Hulot

© 2010 AFP

— 

Le climat doit être le "sujet central pour la présidence française du G20", a jugé lundi le responsable climat de la Fondation Nicolas-Hulot, saluant les "résultats encourageants" des négociations sur le climat qui se sont conclues samedi à Cancun (Mexique).

"La France présidera en 2011 le G20, qui rassemble les principales puissances économiques du monde, mais aussi les principaux émetteurs de GES (gaz à effet de serre)", souligne Benoît Faraco, responsable climat à la Fondation Nicolas Hulot, sur le blog de la fondation.

"Pour permettre de concrétiser les accords de Cancun, la France devra jouer un rôle proactif, en particulier sur la question des financements pour lutter contre le changement climatique" et qu'elle "concrétise son ambition de mettre en oeuvre une taxe sur les transactions financières", estime-t-il.

Le responsable climat de la Fondation salue les "avancées" de Cancun, notamment la création d'"un Fonds vert pour le climat", un outil "indispensable pour aider ces pays à faire face aux impacts du changement climatique".

"Au rang des regrets (...), on peut toutefois signaler que le texte sur l'agriculture a été totalement oublié, puisqu'il ne figure pas dans le texte des accords", nuance-t-il, souhaitant que "cet oubli soit réparé" en 2011.

Au contraire de la Fondation Hulot et de FNE (France Nature Environnement), qui avait "applaudi" samedi l'accord conclu à Cancun, les Amis de la Terre ont fait part lundi de leur déception face à "cet accord qui fournit une plateforme pour l'abandon du protocole de Kyoto".

"Les pays riches ont tenté d'assassiner le protocole de Kyoto et il est maintenant en coma artificiel, nous allons devoir redoubler d'efforts pour le sauver dans l'année qui vient", regrette dans un communiqué le président des Amis de la Terre International.

"C'est une claque dans la figure de ceux qui souffrent déjà du changement climatique", ajoute-t-il, même si l'association note "des progrès" en dépit de "l'absence d'avancées sur les questions-clés".