Les moules et les crevettes victimes du réchauffement climatique

CLIMAT Les Nations unies présentent une étude sur les conséquences du réchauffement climatique sur les océans et leurs habitants…

avec Reuters

— 

Une crevette nage dans les eaux islandaises.
Une crevette nage dans les eaux islandaises. — PureStock/SIPA

Les océans, première victime du changement climatique? L'acidification des mers, liée à la hausse de la quantité de CO2 absorbée par les océans, pourrait menacer l'industrie de la pêche et provoque déjà les changements les plus rapides dans la composition chimique des océans en 65 millions d'années, comme le montre une étude menée par les Nations unies publiée jeudi.

C'est la production de crustacés comme les moules, les crevettes ou les homards qui sera le plus menacée, car les crustacés auront plus de mal à fabriquer leurs coquilles, conclut ce rapport, publié en marge de la conférence internationale sur le climat en cours jusqu'au 10 décembre à Cancun, au Mexique.

Les océans 30% plus acides qu’il y a 150 ans

L'acidification des mers risque aussi de nuire aux récifs coralliens, qui jouent un rôle capital en tant que pouponnières pour nombre de poissons. «L'acidification des océans est un autre signal d'alarme, qui répercute des avertissements pour la santé de la planète face à une augmentation incontrôlée des émissions de gaz à effet de serre, explique Achim Steiner, directeur du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue). Il reste à voir si l'acidification des océans en soi s'avèrera être une grande menace ou un danger mineur pour l'environnement marin et sa chaîne alimentaire», a-t-il dit.
Un quart des émissions mondiales de dioxyde de carbone (C02), le principal gaz à effet de serre, sont absorbées par les mers, où elles se transforment en acide carbonique. La valeur pH des océans - une échelle allant de l'alcalin à l'acide - a chuté de 30% depuis la révolution industrielle, ce qui traduit une nette augmentation de l'acidité.