Comment chasser les substances toxiques de nos assiettes?

CONSOMMATION Notre alimentation regorge de substances chimiques que l'on peut éviter…

A.C.

— 

Repas bio à la cantine d'un collège de Montélimar, en novembre 2007.
Repas bio à la cantine d'un collège de Montélimar, en novembre 2007. — AFP PHOTO / FRED DUFOUR

128 résidus chimiques, dont 47 substances cancérogènes seraient absorbées par un enfant de dix ans en l’espace d’une journée: l’étude de l’association Générations futures montre du doigt les pesticides, additifs alimentaires et résidus de plastiques que nous absorbons quotidiennement. Comment les éviter?

Pesticides

Ces produits déversés dans les champs ou lors du stockage sur les fruits et légumes se retrouvent souvent dans nos assiettes. Laver les fruits et légumes avant de les consommer ne garantit pas leur disparition: certains sont résistants à l’eau. Une étude a démontré qu’un lavage à l’eau chaude est en général plus efficace qu’à l’eau froide, surtout si on frotte le légume avec un chiffon ensuite.

Et si tout simplement on pelait les légumes et les fruits ? Là encore l’efficacité n’est pas assurée: certains pesticides sont systémiques (ils pénètrent au cœur de la plante). Seule solution sûre, validée dès 2003 par l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire): consommer des fruits et légumes bio, dont les pesticides sont totalement absents.

Additifs alimentaires

Utilisés par les industries agro-alimentaires pour conserver les aliments ou leur donner une texture, un goût ou une couleur particulière, les additifs doivent être mentionnés dans les ingrédients figurant sur l’emballage. En regardant attentivement la composition des produits, on peut donc éviter ceux qui cumulent les E100 (colorants), E200 (conservateurs), E300 (agents anti-oxygène) et E400 (agents de texture).

L’idéal reste de manger frais et/ ou bio plutôt que des aliments transformés. Si certains produits bio transformés (type plats préparés) peuvent contenir des additifs, ils sont en général en bien plus faible quantité que dans les produits industriels.

Dioxines et PCB

Les dioxines se diffusent dans l’environnement sous forme de particules et peuvent se retrouver dans l’alimentation par accumulation tout au long de la chaîne alimentaire.  On les trouve surtout dans les eaux, ce qui explique que les produits alimentaires les plus contaminés soient les poissons.

Les PCB, bien qu’interdits dans les peintures et les encres depuis 1987, se sont accumulés dans les sols et les eaux: on en retrouve surtout dans les poissons gras (saumon, thon, maquereau, hareng, sardine) et dans les produits laitiers et les œufs.

Phtalates et bisphénol A

Pour éviter les phtalates, plastifiants très largement utilisés pour les emballages alimentaires, il faut regarder la codification des plastiques: les plastiques classés 3, les PVC, sont à éviter. Pour les biberons et laits en poudre destinés aux bébés, les emballages carton et les biberons en verre sont à privilégier. Enfin, mieux vaut éviter de faire chauffer au micro-ondes les barquettes ou couverts en plastique.