Les vaisseaux oculaires révèlent l'effet de la pollution sur le coeur

© 2010 AFP

— 

Des photographies numériques des micro-artères du fond de l'oeil permettent d'observer directement comment les vaisseaux sanguins, similaires, qui irriguent le coeur se contractent sous l'effet de la pollution de l'air, selon une recherche publiée mardi.

Cette approche a permis de révéler que des personnes en bonne santé exposées à de hauts niveaux de pollution subissent un rétrécissement des artérioles de la rétine, signe d'un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, expliquent les auteurs de cette étude parue dans PloS Medicine, une publication en ligne de la Public Library of Science aux Etats-Unis.

Des travaux précédents avaient déjà établi un lien entre la pollution de l'air et les maladies cardiaques.

Mais cette dernière étude, menée auprès de 4.607 participants âgés de 45 à 84 ans durant deux ans, est apparemment la première à examiner les effets de la pollution sur les vaisseaux de très petite taille, appelés micro-vaisseaux, chez les humains, relève Sara Adar, de l'école de santé publique de l'Université du Michigan (nord), une des co-auteurs.

Pendant une période de deux ans, les chercheurs ont mesuré les niveaux de particules fines en suspension dans l'air chez les personnes participant à l'étude avant d'effectuer un examen du fond de l'oeil, pour évaluer l'exposition à court terme à la pollution.

Aucun des participants n'avait des antécédents de maladie cardiaque.

L'étude montre que ceux ayant été exposés durant de courtes périodes à de l'air faiblement pollué avaient des micro-vaisseaux sanguins équivalents à ceux d'une personne de trois ans plus âgée.

Mais les sujets exposés à de l'air fortement pollué pendant des périodes prolongées avaient les micro-vaisseaux de quelqu'un plus vieux de sept ans, ce qui se traduit "par un accroissement de 3% des maladies cardiaques chez ces personnes par rapport à celles vivant dans un air moins pollué", estiment les auteurs.

"Cette étude identifie une relation entre le diamètre des micro-artères et la pollution de l'air. Ceci fournit un lien potentiel fort entre les observations épidémiologiques montrant plus de crises cardiaques fatales chez des personnes exposées à des niveaux élevés de pollution et un mécanisme biologique vérifiable", à savoir le resserrement des micro-artères, souligne le Dr Joel Kaufman, professeur de médecine à l'Université de Washington à Seattle (nord-ouest), le principal auteur.

Bien que les niveaux de pollution enregistrés pour cette recherche étaient généralement inférieurs à ceux considérés comme acceptables par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), ils semblent néanmoins avoir eu des effets néfastes sur les micro-vaisseaux, d'un diamètre comparable à un cheveu humain, souligne Sara Adar.

Si ces micro-artères se serrent même d'un centième, cela peut avoir des conséquences importantes pour la santé cardiaque, ajoute-t-elle.