Le monde avec 4°C de plus

CLIMAT Une étude britannique présente les conséquences d'un réchauffement de la Terre de 4°C…

Audrey Chauvet

— 

Les Maldives, archipel de l'Océan Indien dont l'existence est menacée par la hausse du niveau des océans. 
Les Maldives, archipel de l'Océan Indien dont l'existence est menacée par la hausse du niveau des océans.  — Stuart Westmorla/SUPERSTOCK/SIPA

«Deux degrés, c’est maintenant un vœu pieu». Bob Watson, ancien directeur du Giec, ne croit plus à la possibilité de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Reconnue comme une limite à ne pas dépasser dans l’accord signé à l’issue du sommet de Copenhague fin 2009, la barre des 2°C semble de plus en plus compromise. La Royal Society publie lundi, à l’occasion de l’ouverture du sommet de Cancun sur le climat, une étude sur les conséquences d’un réchauffement de 4°C, qui pourrait se produire dès 2060.

Hausse du niveau des océans et réfugiés climatiques

Hausse du niveau des mers due à la fonte de la banquise, précipitations violentes, ou au contraire pénurie d’eau dans certaines régions: les conséquences d’un réchauffement climatique de +4°C seront diverses mais auront un impact fort sur les populations. Selon les chercheurs de l’université de Southampton, avec 4°C de plus, le niveau des mers pourrait monter d’ici à 2100 de 0.5 à 2 mètres. Un milliard de personnes pourraient être obligées de se déplacer,  en particulier celles qui vivent dans les régions côtières ou les deltas des grands fleuves. Des pays entiers pourraient disparaître sous les eaux, notamment des petits Etats insulaires comme Tuvalu, dans l’océan Pacifique, ou les Maldives, dans l’océan Indien.

Nourrir 9 milliards d’humains avec une agriculture menacée

L’agriculture serait également fortement impactée. D’une part à cause du « déplacement » naturel des cultures: on estime que les cultures en Europe se déplaceraient de 180km vers le Nord avec un réchauffement de seulement 2°C. Mais au niveau mondial, les conséquences seront bien plus graves: on estime que les récoltes de riz et de maïs pourraient diminuer de 20% environ, remettant en question la sécurité alimentaire de milliards de personnes. Pour l’Afrique sub-saharienne, un réchauffement  de 4°C signifierait la mort de tout le système agricole.

Plantes et animaux devraient également se déplacer ou s’adapter pour survivre. Certaines espèces pourraient ne pas trouver de territoire accueillant, notamment les poissons d’eaux froides qui seront mis «au pied du mur» par le réchauffement des eaux, comme le rappelle Isabelle Autissier, présidente du WWF France. Des écosystèmes entiers seraient en danger, notamment les coraux et les mangroves, ces zones de marais côtiers indispensables pour endiguer la montée des océans.

Sonnette d’alarme pour Cancun

Selon les chercheurs du Met Office, les 4°C supplémentaires pourraient être atteints dès 2060. La rapidité du changement climatique s’explique par des interactions entre la température et l’absorption naturelle du carbone par l’océan et les plantes: «La quantité de dioxyde de carbone qui peut être absorbée diminue à mesure que les températures augmentent, explique Peter Stott. Nous allons atteindre un point de basculement où les températures vont augmenter encore plus vite.»

«Le message de l’étude, c’est que plus on se rapproche des 4°C, plus il sera difficile de gérer les conséquences», déclare Mark New, expert du climat à l’université d’Oxford, en espérant qu’il sera entendu par les délégués au sommet de Cancun.