L'Europe divisée avant la conférence de Cancun

CLIMAT Le Parlement européen a demandé jeudi de relever de 20% à 30% l'engagement de l'Union européenne à réduire ses émissions de gaz à effet de serre...

© 2010 AFP

— 

La Commission européenne présentera "dans les prochains jours, au plus tard le 1er décembre" un nouveau projet de budget 2011 pour l'UE, a indiqué mardi son président, José Manuel Barroso.
La Commission européenne présentera "dans les prochains jours, au plus tard le 1er décembre" un nouveau projet de budget 2011 pour l'UE, a indiqué mardi son président, José Manuel Barroso. — Gerard Cerles afp.com

Le Parlement européen est plus ambitieux que les Etats de l'Union. Il a demandé jeudi à l'UE de relever de 20% à 30% son engagement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre en 2020, lors de la conférence de Cancun, mais cette position contestée a été approuvée à une très courte majorité. La résolution a en effet obtenu 292 voix en faveur contre 274 et 38 abstentions, selon le décompte effectué par le Parlement.

Fortes divisions au sein de l'Union européenne

Ce vote, qui exprime la position du Parlement européen avant l'ouverture de la conférence sur le climat organisée du 29 novembre au 10 décembre à Cancun (Mexique) reflète les divisions au sein des pays de l'UE sur cet objectif qui impliquerait des contraintes supplémentaires pour les industriels. L'Union européenne s'est engagée à réduire ses émissions de 20% par rapport à leur niveau de 1990 pour 2020 et se dit prête à porter cet effort à 30%, mais à condition que les autres pays industrialisés, notamment les Etats-Unis, fassent des efforts comparables. Plusieurs gouvernements de l'UE avec la Pologne et l'Italie en chefs de file, insistent sur cette conditionnalité. "Un objectif de réductions des émissions de CO2 de 30% est dans l'intérêt de la croissance économique future de l'UE", ont affirmé les élus européens partisans de cet effort supplémentaire unilatéral de l'UE.

Des engagements financiers à tenir

Les élus ont par ailleurs appelé les gouvernements de l'UE à tenir leurs engagements sur la mise en place de 7,2 milliards d'euros sur la période 2010-2012 afin d'aider les pays en développement à s'adapter et à atténuer les effets du réchauffement climatique. L'inquiétude des élus est nourrie par des informations selon lesquelles l'UE ne serait pas en mesure de mobiliser l'intégralité du montant de 2,4 milliards d'euros promis pour 2010. "Il manque encore 200 millions d'euros", soit l'équivalent de la contribution promise par l'Italie, a-t-on confirmé de source européenne.