Les éoliennes ne plaisent pas aux seniors

PLANETE Selon une étude britannique, les personnes âgées de plus de 55 ans y sont les plus opposées...

A.C.

— 

Les éoliennes du site de Royd Moor près de Sheffield, Angleterre, le 19 octobre 2007.
Les éoliennes du site de Royd Moor près de Sheffield, Angleterre, le 19 octobre 2007. — P. NOBLE / REUTERS

Les grands-parents ne se soucieraient-ils pas du bien-être des générations futures? Une étude britannique, réalisée par Ibp Communications, révèle que les personnes âgées de plus de 55 ans sont les plus réticentes à l’installation de champs d’éoliennes. Seulement 61% d’entre elles ont déclaré ne pas être opposées à l’implantation d’éoliennes près de leur domicile, alors que la moyenne tous âges confondus est de 75%.

Les éoliennes gâcheraient la vue et seraient trop bruyantes

En Grande-Bretagne, deux tiers des projets de champs d’éoliennes sont rejetés par les collectivités locales. La faute aux retraités? L’enquête a recensé deux fois plus d’opinion défavorable parmi eux que chez les actifs. Alors que 39% des plus de 55% s’opposeraient à un tel projet, seulement 14% des 16-34 ans seraient réticents et aucune personne interrogée ayant moins de 24 ans ne serait hostile aux éoliennes.

Les deux raisons principales évoquées pour refuser l’installation d’éoliennes est le risque de «gâcher la vue» et le bruit engendré. A l’inverse, les pro-éoliennes ont déclaré vouloir protéger l’environnement pour leurs enfants et estiment que les énergies renouvelables sont la meilleure voie pour le futur.

Inciter les jeunes à s’impliquer

Commentant les résultats de l’étude lors d’une conférence sur les énergies renouvelables à Glasgow, en Ecosse, John Quinton-Barber, de Ibp Communications, a insisté sur la nécessité pour les jeunes de «tenir bon et d’avoir leur mot à dire. Ce sont eux et leurs enfants qui devront vivre avec les conséquences du changement climatique. L’opinion des aînés semble être prise en compte en priorité quand il s’agit de décisions importantes. La majorité silencieuse devrait faire entendre sa voix et porter son point de vue auprès des décideurs sur le sujet des énergies renouvelables».

Il a toutefois précisé qu’il ne s’agissait pas «d’attaquer les aînés» mais de «motiver les jeunes à s’impliquer dans le processus de décision».