L'enfouissement en profondeur des déchets nucléaires défendu par Bruxelles

PLANETE La Commission européenne a jugé mercredi trop vulnérables les systèmes actuels de gestion des déchets nucléaires...

© 2010 AFP

— 

La Commission européenne a jugé mercredi trop vulnérables les systèmes actuels de gestion des déchets nucléaires dans l'UE et annoncé son intention d'obliger les pays membres à les enfouir en profondeur, en mettant à contribution les industries du secteur.
La Commission européenne a jugé mercredi trop vulnérables les systèmes actuels de gestion des déchets nucléaires dans l'UE et annoncé son intention d'obliger les pays membres à les enfouir en profondeur, en mettant à contribution les industries du secteur. — Mychele Daniau AFP/Archives

Alors que Greenpeace vient de porter plainte contre Areva pour stockage de déchets nucléaires dans un lieu non prévu à cet effet, et qu'un train de déchets doit partir vendredi de Valognes, dans la Manche, pour rejoindre l'Allemagne, l'Union européenne se prononce en faveur de l'enfouissement en profondeur des déchets.

La Commission européenne a jugé mercredi trop vulnérables les systèmes actuels de gestion des déchets nucléaires dans l'UE et annoncé son intention d'obliger les pays membres à les enfouir en profondeur, en mettant à contribution les industries du secteur.

"Nous devons nous assurer que nous avons la meilleure sécurité au monde pour protéger nos citoyens, notre eau et nos terres contre une contamination nucléaire", a soutenu le commissaire européen en charge de l'Energie Gunther Oettinger, en présentant un projet de directive européenne en ce sens.

Or "depuis la construction de la première centrale nucléaire il y a 50 ans, nous n'avons toujours pas dans l'UE de dépôt pour stocker définitivement les déchets radioactifs", a-t-il souligné.

Des programmes nationaux pour le stockage des déchets nucléaires

La Commission, a indiqué M. Oettinger, va demander en conséquence à tous les gouvernements de l'UE de s'engager sur des programmes nationaux contraignants avec des plans pour la construction de dépôts de stockage en profondeur.

Bruxelles, qui table sur l'adoption de cette proposition en 2011, souhaite que ces plans lui soient soumis en 2015.

Chaque année 7.000 mètres cubes de déchets non retraitables sont produits par les 143 centrales nucléaires de l'UE, dont 58 sont situées en France. Ces déchets ont une capacité de nuisance de près d'un million d'années.

Mais les centres de stockage créées pour ces déchets sont pour la plupart situés en surface et à ce titre vulnérables en cas de catastrophe ou d'accident comme un séisme, un incendies ou un accident d'avion, a estimé le commissaire.

Collaboration entre pays européens

Gunther Oettinger a insisté sur le consensus au sein de la communauté scientifique sur la solution de l'enfouissement géologique de ces déchets et préconisé la mise à contribution des opérateurs du secteur pour financer ces opérations.

Les Etats membres ont agi en ordre dispersé jusqu'à présent, et certains pays comme "la Finlande, la Suède et la France sont plus avancés que la plupart des autres" pour la gestion de leurs déchets nucléaires, a-t-il souligné

Ces trois pays ont des plans d'actions qui seront opérationnels entre 2020 et 2025.

"La sécurité est indivisible. Si un accident se produit dans un des Etats de l'UE, il peut avoir des effets dévastateurs pour ses voisins", a insisté M. Oettinger.