Couper des arbres pour lutter contre la prostitution

PLANETE C'est la solution qu'ont trouvée les autorités italiennes des Abruzzes...

A.C.

— 

Des prostituées à Rome, en Italie.
Des prostituées à Rome, en Italie. — TOIATI/CARCONI/SINTESI/SIPA

La route de Bonifica del Tronto, dans la région des Abruzzes en Italie, n’est pas connue pour la beauté des arbres qui l’entourent mais plutôt pour ce qui se cache derrière. Depuis des années, la région lutte contre la prostitution, particulièrement sur cette route d’une quinzaine de kilomètres qui relie le bord de la mer Adriatique à l’intérieur des terres. Angelo Di Paolo, qui dirige les travaux publics de la région, a trouvé une solution radicale: couper tous les arbres pour que les prostituées ne puissent plus se dissimuler derrière la végétation.

600 prostituées ou 28 hectares d’arbres

Les caméras installées le long de la route, les patrouilles de police et les amendes infligées aux clients des prostituées n’ont pas réussi à résoudre le problème de prostitution massive le long de la route Bonifica del Tronto. En coupant les arbres, Angelo Di Paolo pense que les 600 prostituées qui officient régulièrement sur le bord de cette route disparaîtront.

Mais il a face à lui des associations militant pour la défense des arbres. Trois d’entre elles, dont le WWF (World Wildlife Fund), ont déclaré dans un communiqué être fermement opposées au projet d’abattage des 28 hectares d’arbres. Selon les associations, le seul crime commis par les arbres est d’avoir offert aux «esclaves du sexe un abri et de l’intimité». Elles ont ajouté que les autorités n’avaient pas pris en compte les «circonstances atténuantes» pour ces arbres qui ont «absorbé des centaines de tonnes de dioxyde de carbone et donné de l’oxygène», et qui ont également évité que les pesticides et engrais utilisés dans les terres n’atteignent la mer.

Un maire aux solutions radicales

Reste à savoir si Angelo Di Paolo entendra le plaidoyer des associations. Lorsqu’il était maire de Canistro, une ville de la région des Abruzzes, il a lui-même tiré sur un braqueur de banque et a depuis acquis une solide réputation d’homme aux solutions radicales.