Le campus de Masdar City ouvre ses portes

PLANETE La ville «zéro carbone» créée à Abou Dhabi accueille les premiers étudiants...

A.C. avec AFP
— 
Image prévisionnelle de la ville de Masdar City, aux Emirats arabes unis.
Image prévisionnelle de la ville de Masdar City, aux Emirats arabes unis. — masdar.ae

La ville de Masdar tient du mirage. Cette ville du futur, bâtie de toutes pièces à Abou Dhabi, sera la première ville sans émission de carbone et n'utilisant que l'énergie solaire. La cité futuriste a commencé à sortir du sable avec l’achèvement d’un Institut de science et technologie, et a accueilli ses premiers résidents, une centaine d’étudiants.

«Une station spatiale au milieu du désert»

Les étudiants habitent des bâtiments formant un arc autour du campus.Les dortoirs sont équipés de panneaux solaires et les balcons sont ombragés par des devantures aux formes inspirées de l'architecture islamique. «Le nombre total de nos étudiants est de 170 à 175», a indiqué Fred Moavenzadeh, président de l'Institut. «Parmi eux, une centaine est déjà là et vit sur le campus».

Ces étudiants arrivent sur un campus unique au monde. Les salles de cours et les laboratoires se trouvent dans un large bâtiment à l'allure futuriste fait de verre et de métal, surplombé de panneaux solaires. L'isolation des murs est assurée par de larges coussins en caoutchouc qui renvoient les rayons de soleil et en atténuent l'effet. «Les allées ombragées et les rues étroites réduisent la luminosité du soleil», explique Hamza Kazim, ajoutant que l'orientation des rues est destinée à réduire l'effet des vents chauds. Le campus emprunte aussi à la technique locale des tours de vent, structures hautes et vides qui aident à faire circuler l'air et à le refroidir. «J'ai parfois l'impression d'être à bord d'une station spatiale plantée au milieu du désert», déclare Fred Moavenzadeh, en citant l'un de ses élèves.

Les labos de recherche se pencheront sur le climat

Masdar, qui signifie «source» en arabe, servira de «banc d'essai» aux recherches de l'Institut, selon Fred Moavenzadeh qui a été pendant 39 ans directeur de programme au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). L'Institut de Masdar, partenaire du MIT, va former des ingénieurs orientés vers la recherche. Les étudiants sont encouragés à passer la moitié de leur temps d'études dans les laboratoires de recherches. «Le XXIe siècle sera orienté sur l'environnement, estime Fred Moavenzadeh. C'est ce qui fait que nos recherches vont porter sur les questions liées au changement climatique, l'environnement et les technologies propres», dit-il.

La ville en construction à 17 km de la capitale des Emirats arabes unis, va coûter 22 milliards de dollars et couvrir 6 km2. Elle est destinée à accueillir jusqu'à 40.000 habitants, selon son site Web.