Vers une culture durable

PLANETE Le ministère de la Culture présente sa stratégie de développement durable...

Audrey Chauvet

— 

Reproduction d'un tableau de Vincent Van Gogh dans les jardins d'Auvers-sur-Oise. 
Reproduction d'un tableau de Vincent Van Gogh dans les jardins d'Auvers-sur-Oise.  — AFP PHOTO DANIEL JANIN

Une «ardente obligation». C’est ainsi que Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a présenté ce jeudi la stratégie de développement durable de son ministère. Préservation du patrimoine naturel et culturel, diversité et mixité sociale, accès au savoir pour tous, le développement durable et la culture ont plus de points communs qu’il n’y paraît.

Retour aux méthodes traditionnelles

Le ministère de la Culture a la volonté de devenir un «partenaire exemplaire» de la démarche éco-responsable de l’Etat. Pour cela, le ministère va se pencher sur les spécificités des activités qu’il gère et les adapter aux exigences du développement durable: optimisation des trajets des tournées de spectacles et des œuvres d’art prêtées, amélioration de la performance énergétique des bâtiments, politique d’achat de produits éco-labellisés, bio ou locaux,...

Ainsi, toutes les énergies fossiles qui servaient à chauffer les bâtiments du Domaine national de Chambord seront bientôt remplacées par le bois, ressource naturelle présente en abondance sur le domaine. Autre exemple, le parc de Malmaison est géré depuis trois ans de la même manière que lorsque Joséphine de Beauharnais y vivait, au 19e siècle: seulement deux fauchages annuels contre quinze tontes auparavant, soit du carburant, de l’eau et des engrais économisés. Les papillons sont même revenus en masse dans le parc, attirés par la variété de plantes qui s’y développe.

Ethique et temporalité, questions de fond du développement durable

Mais au-delà des petits gestes nécessaires pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre, la culture a aussi une réflexion plus globale à apporter au développement durable. Michèle Pappalardo, commissaire générale au développement durable, s’en réjouit: «Une économie sobre en ressources naturelles et décarbonée passe par notre façon d’appréhender nos modes de vie. Il faudra un changement culturel fort et pour inventer un nouveau modèle de société, nous avons besoin que les créateurs nous aident.»

Créativité mais aussi respect et valorisation des héritages culturels, la culture recoupe les enjeux du développement durable. Et peut l’enrichir de réflexions philosophiques et éthiques sans lesquelles il ne serait qu’un effet de mode: «Agis de telle sorte que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentique sur terre», écrivait le philosophe Hans Jonas en 1979, près de dix ans avant la naissance du concept de développement durable.