La trop courte vie des produits électroniques

PLANETE Symbole du gaspillage des ressources naturelles...

Audrey Chauvet

— 

Décharge de déchets électroniques au Ghana.
Décharge de déchets électroniques au Ghana. — OUEDRAOGO NYABA/SIPA

Des machines à laver qui tombent en panne juste après l’expiration de la garantie aux téléphones qui ne marchent plus du jour au lendemain: Les Amis de la Terre ont voulu savoir si la faible longévité des appareils électriques et électroniques n’était pas volontaire. Dans un rapport publié en septembre, soutenu par une journée nationale de mobilisation ce samedi, l’ONG dénonce une «obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage».

44% des appareils en panne sont réparés

La consommation de biens électroniques et électriques n’a jamais été aussi importante en France: depuis le début des années 1990, les achats d’équipements électriques et électroniques ont été multipliés par six, selon les chiffres du Commissariat général au développement durable. Cause de cette frénésie d’achat: seulement 44% des appareils qui tombent en panne sont réparés (d’après une étude de l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, datant de 2007) et le consommateur est très souvent tenté de remplacer ses appareils avant même qu’ils ne tombent en panne.

Ecrans plats, produits plus performants ou plus petits: l’arrivée sur le marché de nouveaux produits innovants, qui se succèdent de plus en plus rapidement, incite le consommateur à racheter régulièrement le modèle dernier cri. Mais qui dit nouveauté ne dit pas plus solide: «Depuis trois ans, le taux de panne sur les produits électroménagers ne s’améliore pas» révèle le rapport des Amis de la Terre, donnant pour exemple les télévisions, dont les anciens tubes cathodiques pouvaient durer dix à quinze ans quand les écrans plats ne vivent en moyenne que cinq ans. Les téléphones portables sont, eux, remplacés en moyenne tous les 20 mois, souvent avant même de tomber en panne.

«Surconsommation» de ressources naturelles

Pour Sylvain Angerand, chargé de campagne ressources naturelles aux Amis de la Terre, «le renouvellement incessant des appareils, notamment de haute technologie, contribue à l’explosion de la consommation des ressources naturelles minières et énergétiques. Cette surexploitation détruit des écosystèmes, déplace des populations, provoque des pollutions chimiques et engendre des conflits, notamment dans les pays du Sud». Par exemple, les puces de nos téléphones portables sont fabriquées avec du coltan, un minerai rare, qui est extrait à l’Est du Congo où il provoque de nombreux conflits et pollue les cours d’eau.

Les Amis de la Terre souhaitent donc, lors d’une journée de mobilisation le 25 septembre, sensibiliser le public à la problématique de la «surconsommation des ressources naturelles» et communiquer sur les alternatives qui existent: économie circulaire (réutilisation et recyclage des produits) ou éco-conception (prise en compte du cycle de vie du produit au moment de sa création). L’affichage de la durée de vie des produits, prévue dans le Plan national des déchets de 2004, pourrait être un moyen d’inciter les constructeurs à concevoir des produits plus durables.