Le climat débattu dans la plus grande discrétion

PLANETE Les scientifiques se confrontent à huis clos sous l'égide du ministère de la Recherche...

A.C. avec AFP

— 

L'ancien ministre Claude Allègre a annoncé, jeudi sur Europe 1, qu'il allait quitter le Parti socialiste.
L'ancien ministre Claude Allègre a annoncé, jeudi sur Europe 1, qu'il allait quitter le Parti socialiste. — Martin Bureau AFP/Archives

Une ambiance de secret plane autour du climat. C’est à huis clos que les scientifiques devraient ce lundi «établir l'état actuel des connaissances scientifiques sur le changement climatique». Le débat sur le changement climatique demandé par la ministre de la Recherche, Valérie Pécresse, à la suite de la vive polémique qui oppose l'ancien ministre Claude Allègre à des centaines de chercheurs, n’a fait l'objet d'aucune annonce publique de l'Académie des sciences ou de l'Institut de France dont il dépend, pas plus que du ministère de la Recherche.

C'est le quotidien Le Monde qui a révélé durant le week-end que cette réunion devait avoir lieu, à huis clos, dans les murs de l'institution du Quai Conti. Les organisateurs du débat ne souhaitent pas rendre publique la liste des scientifiques qui y participent.

Trancher la polémique entre Claude Allègre et les climatologues

Valérie Pécresse avait demandé le 1er avril dernier à l'Académie des sciences de trancher sur le fond dans la vive polémique suscitée par les attaques portées contre des climatologues par l'ex-ministre de l'Education, Claude Allègre, qui conteste la place des activités humaines dans le réchauffement du climat.

Excédés, environ 600 chercheurs avaient alors signé une pétition pour demander à leurs autorités de tutelle (ministère de la Recherche et grands instituts scientifiques qui les emploient) de prendre position. Ils s'indignaient notamment dans cette lettre ouverte des «accusations ou affirmations péremptoires» ne passant pas par «le filtre standard des publications scientifiques», désignant les livres de Claude Allègre et celui de Vincent Courtillot, directeur de l'Institut de Physique du Globe.

Valérie Pécresse avait à cette occasion réaffirmé sa confiance à certains scientifiques pris pour cibles par Claude Allègre, mais s'était refusée à prendre parti sur le terrain scientifique, confiant le sujet à l'Académie des Sciences. La réunion de ce lundi devrait, au moins, rassurer les scientifiques sur le soutien de leur ministère de tutelle, à défaut d’établir un consensus sur le climat.