Halte à l'autoroute dans la forêt russe

PLANETE Une première victoire pour les militants écologistes...

Audrey Chauvet avec AFP
— 
Des militants russes dressent une barricade pour empêcher les bulldozers d'accéder à la forêt de Khimki, le 19 juillet 2010, en Russie.
Des militants russes dressent une barricade pour empêcher les bulldozers d'accéder à la forêt de Khimki, le 19 juillet 2010, en Russie. — Misha Japaridze/AP/SIPA

Des mois qu’ils se battent, qu’ils campent dans la forêt et sont la cible de la police et de groupes armés. Mais les écologistes russes peuvent se réjouir: leur président, Dmitri Medvedev, a suspendu jeudi la construction d'une autoroute à travers la forêt de Khimki, près de Moscou.

Compte tenu du caractère «retentissant» de ce dossier et des doléances, «j'ai pris la décision d'ordonner au gouvernement de suspendre la construction de cette autoroute», a annoncé Dmitri Medvedev dans une vidéo mise en ligne sur le site internet du Kremlin.

«Aucun problème» pour de «nouvelles études»

Cette décision est intervenue après un appel de la formation «Russie unie», dirigée par le Premier ministre Vladimir Poutine, qui a exhorté Dmitri Medvedev à stopper la construction de cette autoroute. Des représentants de la société civile et des opposants avaient alors exprimé leur satisfaction, espérant que ce soutien inattendu ferait fléchir le gouvernement.

«Nos concitoyens, dont des représentants du parti au pouvoir Russie unie, de partis d'opposition, d'organisations civiles ainsi que des experts disent qu'il faut une nouvelle analyse», a souligné le président russe qui ne voit «aucun problème» dans la réalisation de «nouvelles études».

«Bravo président!»

La suspension du projet a été bien accueillie par ses détracteurs, à commencer par l'association de riverains qui se bat depuis trois ans pour empêcher l'abattage d'une partie de la forêt. Cette association dénonce des intérêts financiers privés sur fond de corruption et propose deux autres itinéraires contournant le bois de Khimki.

«Bravo président!», s'est réjoui Greenpeace Russie après l'annonce de Dmitri Medvedev. La réaction du président russe signifie que «la société civile à son mot à dire», a renchéri le dirigeant de l'antenne russe du Fonds mondial pour la nature (WWF), Igor Tchestine, cité par l'agence Interfax.

Point d'orgue de la mobilisation contre ce projet, un meeting a réuni dimanche dans le centre de Moscou au moins 2.000 personnes, un nombre exceptionnel pour une manifestation non officielle dans la capitale russe. Les organisateurs avaient reçu le soutien de l'opposition et de grands noms de la scène musicale comme le vétéran du rock Iouri Chevtchouk, leader du groupe DDT, invité par Bono à chanter à ses côtés lors du concert du groupe U2 mercredi soir à Moscou.

Une autoroute malgré tout «indispensable» pour Poutine

Vladimir Poutine a toutefois estimé vendredi qu'il était «indispensable» pour l'économie de créer une autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg: «Il y a toujours des problèmes entre le développement économique et la protection de l'environnement, mais il est clair qu'il faut construire cette route (...). On connaît les problèmes de transports à Moscou et dans d'autres grands centres urbains», a-t-il ajouté en référence à la circulation automobile très dense. «Malheureusement, nous nous retrouvons parfois face à des problèmes écologiques qui sont exploités dans des conflits entre entreprises concurrentes», a-t-il souligné.

Le tracé du tronçon controversé traverse le massif forestier de Khimki, le coupant en deux et nécessitant l'abattage de 144 hectares. C’est la société NWCC LLC, filiale du groupe de BTP français Vinci, qui est en charge des travaux. Les militants russes ont reçu un soutien français à travers une manifestation d’écologistes à Paris le 10 août, et l’invitation de Evguenia Tchirikova, la dirigeante du Mouvement de défense de la forêt de Khimki, aux journées d’été d’Europe Ecologie.