Les terres gelées russes vont-elles fondre?

PLANETE La canicule pourrait accélérer le réchauffement climatique...

Audrey Chauvet

— 

Vue aérienne du Nord Est de la Sibérie, en 2007. 
Vue aérienne du Nord Est de la Sibérie, en 2007.  — REUTERS/Dmitry Solovyov

La canicule que subit actuellement la Russie pourrait avoir des conséquences à bien plus long terme que l’été 2010: les feux de forêt génèrent des émissions de CO2 qui vont contribuer à réchauffer encore l’atmosphère, tandis qu’en Sibérie, c’est le permafrost qui inquiète.

Ce sous-sol gelé qui recouvre le Nord-Est des terres russes est une bombe à retardement climatique. Si ces terres venaient à dégeler, elles libéreraient d’énormes quantités de méthane, gaz au potentiel de réchauffement plus de vingt fois supérieur à celui du CO2.

Les experts n’établissent pas de lien direct entre canicule et dégel du permafrost

Nikolaï Adamovitch, de l’Institut de recherche sur l’Arctique et l’Antarctique, déclare ce mardi au journal russe RIA Novosti que la canicule que subit actuellement la Russie «n’aura aucun impact sur le permafrost». «Répandue sur le territoire de la Russie de façon inégale, la chaleur anormale n'a eu aucune influence sur l'Arctique. La canicule s'est installée en Russie européenne, dans l'Extrême-Orient russe et dans le sud du pays. Quant à la zone qui longe l'Arctique, les températures y sont inférieures aux normes, il y fait plus froid que d'habitude», déclare le scientifique russe.

Interrogé par 20minutes.fr, le climatologue français Hervé Le Treut manque d’éléments pour commenter un lien éventuel entre canicule et dégel du permafrost mais a le sentiment «que ce sont a priori deux choses différentes». Les zones qui ne dégèlent jamais seraient bien plus au Nord que les zones ayant enregistré des records de température. 

Mais les forêts en feu dégagent du CO2

Le WWF a toutefois tiré la sonnette d’alarme sur les émissions de dioxyde de carbone dégagées par les feux de forêts, qui contribueront à accélérer le réchauffement climatique et potentiellement favoriser de nouvelles canicules dans les prochaines années.

Les représentants de Greenpeace et du WWF en Russie dénoncent dans le quotidien russe Izvestia un flou juridique sur la gestion des forêts qui mène à des situations catastrophiques dans lesquelles personne n’est apte à réagir rapidement, laissant la possibilité au réchauffement climatique, potentiellement responsable de la canicule, de s’aggraver encore un peu plus.