La voiture qui produit son propre carburant

PLANETE Avec l'aide d'une enzyme issue de la graine de soja...

A.C.

— 

Fumée de pot d'échappement: illustration.
Fumée de pot d'échappement: illustration. — LE LANN/SIPA

Un moteur en circuit fermé: voilà ce que pourrait être l’avenir des voitures. Des scientifiques ont identifié une enzyme, nommée Vanadium nitrogenase, qui peut convertir le monoxyde de carbone en propane, gaz déjà utilisé dans les véhicules roulant au GPL. Issue du soja, cette enzyme pourrait être une solution pour créer des véhicules roulant grâce à leurs propres gaz.

Des applications industrielles très importantes

L’étude, publiée dans le journal Science, a étonné les chercheurs eux-mêmes. Jonas Peters, scientifique du California Institute of Technology, a bien failli en «tomber de sa chaise» rapporte Discovery News. Selon lui, cette découverte pourrait avoir des applications industrielles très importantes.

«Evidemment, cela pourrait permettre de trouver de nouvelles manières de créer des carburants liquides si nous pouvons reconstituer de longues chaînes de carbone», explique Markus Ribbe, un des scientifiques à l’origine de la découverte. Pour l’instant, l’enzyme ne peut transformer le monoxyde de carbone qu’en chaîne de deux à trois atomes, trois atomes correspondant à la constitution de base du propane. Mais Markus Ribbe pense que l’on peut modifier l’enzyme pour qu’elle génère des chaînes d’atomes plus longues, à l’image de celles de l’essence.

Une technologie nouvelle pour une enzyme connue de longue date

Si elle est perfectionnée, cette technique pourrait permettre aux voitures de rouler grâce à leurs propres gaz d’échappement. Mais ce n’est pas pour demain. L’enzyme est connue depuis plus de vingt ans pour ses applications dans l’agriculture, mais la technologie nécessaire pour l’extraire, la cultiver et la stocker en grande quantité ne s’est développée que très récemment.