De l'arsenic dans l'eau du robinet?

PLANETE Les nappes phréatiques contiennent des poisons naturels...

Audrey Chauvet avec AFP

— 

Consommation d'eau à Paris: illustration.
Consommation d'eau à Paris: illustration. — POUZET/SIPA

Alors que la France traverse une période de sécheresse, ayant conduit 46 départements à instaurer des règles de restriction d’eau, la qualité des eaux des nappes phréatiques est l’objet d’études scientifiques menées par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). Les chercheurs se penchent particulièrement sur la présence d’arsenic et autres poisons naturels comme le sélénium et le chrome dans les eaux des nappes souterraines, et mettent en garde contre les excès de pompage.

La surexploitation des nappes pourrait nuire à la qualité de l’eau

Au Bangladesh, un décès sur cinq serait dû à l’arsenic contenu dans l’eau utilisée pour l’irrigation des cultures ou la consommation. En Europe, le contexte est complètement différent mais «la situation peut aussi se dégrader en cas de pompage accru», prévient Romain Millot, spécialiste des aquifères profonds au BRGM.

Bien que les normes de potabilité de l’eau soient beaucoup plus strictes qu’en Asie, la surexploitation des nappes en Europe pourrait poser problème selon les chercheurs, car elle «modifie les conditions naturelles qui prévalaient en profondeur». Or, pour répondre à une demande en eau croissante sous l’effet du réchauffement climatique et de la pression démographique, les nappes pourraient dans les prochaines années connaître une exploitation accrue, en particulier sur le pourtour méditerranéen.

Les régions volcaniques particulièrement concernées

En France, il arrive que de petites communes du Massif Central connaissent de brèves suspensions de la distribution d’eau en raison de la contamination à l’arsenic et au selenium. Ce sont les régions volcaniques qui sont les plus exposées à ce risque, car les volcans produisent de la lave contenant de nombreux éléments, dont l’arsenic, qui sont projetés et piégés en surface dans les sédiments.

Les fleuves charrient ensuite ces éléments, parfois sur de grandes distances: le BRGM a ainsi observé que les sédiments de la Loire, qui prend sa source dans l’Est du Massif Central, peuvent être relargués quelque 500km plus loin en aval.

L’arsenic dans les eaux françaises

En France, le seuil de potabilité de l’eau est fixé, conformément aux recommandations de l’OMS, à 10mg d’arsenic par litre. Une étude datant de 1998, menée par le réseau national de santé publique, avait révélé des concentrations en arsenic supérieures à ce seuil dans 54 unités de distribution françaises, induisant des risques pour la santé des buveurs.

La mission du programme européen AquaTrain d’étude des eaux souterraines, auquel participe le BRGM, a pour mission d’identifier les «zones à risque» et les moyens de dépollution pour conseiller les gouvernements et éviter de graves problèmes sanitaires et environnementaux.