Marée noire: le rebouchage définitif du puits est en cours

LOUISIANE L'opération «static kill» pourrait se terminer mardi...

C.C. avec AFP
— 

Les ingénieurs de BP concentraient leurs efforts ce samedi sur le rebouchage définitif du puits, tandis que le nouveau patron du groupe, Bob Dudley, a promis aux habitants du golfe du Mexique touchés par la marée noire que la compagnie pétrolière resterait «des années encore» à leurs côtés.

Les ingénieurs de BP mettaient la dernière main à l'opération de «static kill» qui consiste à injecter des liquides et des matières solides puis à cimenter le puits de pétrole à l'origine de la marée noire. Car, si depuis le 15 juillet le pétrole ne s'écoule plus grâce à un entonnoir posé sur la fuite, le puits n'est pas condamné.

«Tout semble fonctionner à ce stade»

«Nous avons bon espoir que le "static kill" aura été réalisé mardi», a annoncé vendredi Bob Dudley dans l'Etat du Mississipi, lors de sa première visite dans la région en tant que nouveau chef de BP.

Le vice-président de BP, Kent Wells, s'est dit lui aussi confiant dans le succès de l'opération. L'absence de fuite «nous confirme que ce puits résiste», ce qui est un signe positif, a-t-il dit. «Tout semble fonctionner à ce stade».

Opération «bottom kill» prévue pour fin août

La phase finale, dite «bottom kill», consistera à injecter un mélange d'eau et de matières solides puis du ciment via le puits de secours. Selon BP, cette dernière opération devrait avoir lieu fin août au plus tard.

En surface, avec la fin de l'écoulement du pétrole, les opérations chapeautées par le groupe pétrolier vont changer, se concentrant désormais sur la relance économique de la zone et la réhabilitation de l'environnement.

«Nous allons être là pendant des années encore»

«Nous avons eu de bonnes nouvelles en ce qui concerne le pétrole (...) mais cela ne signifie pas que nous en ayons terminé. Nous allons être là pendant des années encore», a promis Bob Dudley, nommé mardi à la tête du groupe britannique en remplacement de Tony Hayward, critiqué aux Etats-Unis pour ses maladresses verbales.

Le volume de pétrole qui s'est échappé dans l'océan depuis l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril restait toujours impossible à connaître avec précision: les estimations oscillent entre 477 et 842 millions de litres. Il s'agit de la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis en termes de conséquences écologiques. Parallèlement, la Louisiane a tout de même annoncé la réouverture de larges zones de pêche dans le Golfe après les résultats positifs de tests sanitaires.