Une tartine de phtalates au petit-déjeuner

SANTE Les emballages contaminent les aliments avec des substances dangereuses pour la santé...

A.C.

— 

Un pot de Nutella.
Un pot de Nutella. — Stefano Rellandini / Reuters

On en mange tous les jours sans le savoir. Les phtalates, des plastifiants chimiques utilisés pour fabriquer les emballages en plastique souple, contaminent les aliments qu’ils sont censés protéger et atteignent l’organisme humain. Ils seraient notamment une cause de stérilité masculine.

Des phtalates dans le Nutella

Barquettes plastiques, sachets, boîtes de conserves,... quasiment tous les emballages contiennent des phtalates. Même la célèbre pâte à tartiner Nutella pourrait être une menace pour la santé: les chercheurs y ont décelé une forte concentration en DEHP, un des plastifiants les plus efficaces.

Le groupe Ferrero, qui produit le Nutella, a constaté la présence de plastifiants dans sa pâte à tartiner, mais en «quantité inoffensive». Il faudrait, selon le groupe italien, manger des quantités énormes de Nutella pour que des risques de stérilité apparaissent.

Une probable cause de stérilité masculine

Les phtalates sont soupçonnés par les scientifiques de perturber l’équilibre hormonal masculin. Plusieurs études européennes ont démontré la présence de phtalates dans l’organisme et la moitié des hommes étudiés produisent trop peu de spermatozoïdes, ou des spermatozoïdes trop lents. Les phtalates peuvent même atteindre les fœtus et entraver le développement des testicules.

En 2008, des chercheurs de l’Inserm ont ainsi démontré expérimentalement, en reproduisant in vitro le développement d’un testicule, que les phtalates étaient «délétères pour la mise en place du potentiel reproducteur masculin dans l’espèce humaine». Dans les pays industrialisés, on estime actuellement qu’un homme produit deux fois moins de spermatozoïdes que son grand-père n’en produisait au même âge.

Déjà interdits dans les jouets

Les phtalates sont cependant difficiles à éviter: la composition des emballages n’apparaît pas sur les produits et la sous-traitance de l’emballage ne permet pas toujours la traçabilité des plastiques. Les cosmétiques sont, après l’alimentaire, le deuxième domaine d’application des phtalates, où ils sont notamment utilisés comme agents fixateurs.

La législation européenne interdit l’utilisation des phtalates dans les jouets depuis janvier 2007, à la suite de leur classification comme «toxiques pour la reproduction» par la Commission européenne. En France, la députée UMP Valérie Boyer a déposé début juillet une proposition de loi visant à interdire les phtalates à l’hôpital: les dispositifs médicaux à destination des femmes enceintes, des prématurés, des nourrissons et des enfants pourraient être débarrassés de ces produits chimiques.