Les 10 commandements du touriste vert et durable

ETE On peut prendre des vacances et respecter environnement et population...

Oriane Raffin

— 

Deux touristes visitent une ferme biologique à San Francisco.
Deux touristes visitent une ferme biologique à San Francisco. — Lalo R. Villar/AP/SIPA

Au quotidien, vous triez vos déchets, coupez l’eau en vous brossant les dents et privilégiez les achats bio ou équitables? En vacances aussi, quelques règles vous permettront de devenir un touriste vert et responsable...

1 - Les moyens de transport verts tu privilégieras.
Evitez l’avion ou la voiture, qui émettent des quantités considérables de CO2. Marche à pied, vélo, bus, covoiturage ou encore trains: de multiples solutions s’offrent aux voyageurs pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Et s’il n’y a vraiment pas d’autre moyen que l’avion, le voyageur responsable pourra choisir de compenser financièrement ses émissions de CO2. (voir encadré)

2 - Ta destination, avec soin tu choisiras.
10.000km en avion pour une semaine, c’est un peu court... Adapter la destination, choisir un pays qui respecte l’environnement... Tout est dans la préparation du voyage.

3 - La population locale tu respecteras.
«Le tourisme durable est avant tout basé sur la notion d’échange et de respect», insiste le site Voyagespourlaplanete.com. Concrètement, on se pliera aux habitudes locales et on respectera les traditions. S’embrasser en public choque dans certaines cultures, tout comme être habillé de façon trop dénudée.

4 - Tes déchets tu emporteras.
Rien de pire qu’un paysage paradisiaque pollué par des sacs plastiques et des déchets? Alors pensez à emporter de quoi emballer vos détritus pour les ramener dans un lieu adapté. Pour les piles électriques et autres matériaux recyclables, ça peut parfois vouloir dire jusqu’en France... Dans tous les cas, préférez les équipements réutilisables (une gourde plutôt que des bouteilles en plastique, par exemple).

5 - Les ressources naturelles tu respecteras.  
L’eau est très précieuse dans certaines régions du globe. Alors plus qu’ailleurs, privilégiez des douches rapides plutôt que des bains. Idem pour l’électricité: certains pays ne sont pas indépendants énergétiquement: limitez notamment l’usage de la clim. Et si vous dormez dans un hôtel où les draps et les serviettes sont changés quotidiennement, demandez à les conserver plusieurs jours: moins de détergents et moins d’eau consommés!

6 - Le commerce local tu favoriseras.
Plutôt que faire tourner de grands groupes, autant choisir hôtels, restaurants ou magasins locaux, qui permettent de faire fonctionner l’économie de la ville ou du pays.

7 - La biodiversité tu préserveras.
On n’arrache pas les plantes lors des balades: il peut s’agir d’espèces en voie de disparition. Pareil avec le corail, en mer.

8 - Les animaux tu respecteras.
Là aussi, attention aux espèces en voie de disparition. On n’embête pas non plus les animaux sauvages en pleine nature. Et évidemment, on bannit le braconnage ou l’achat d’objet qui en sont issus (ivoire par exemple).

9 - Des équipements intelligents tu utiliseras.
Chargeurs solaires, lampes de poche à dynamo, etc.: place aux durables, et ça vous fera des économies de piles. Et pour le reste, on évite de polluer en favorisant un lait solaire plutôt qu’une huile (qui polluera plus dans l’eau) et on ne se baigne pas juste après l’application.

10 - Le patrimoine tu respecteras.
Sur les marchés de souvenirs attention aux objets sacrés revendus, qui dépouillent le pays de ses richesses.

Compenser ses émissions de CO2

Plusieurs associations proposent de «compenser» ses émissions de CO2 (d'avions, de voiture ou autres), en participant au financement de projets d'efficacité énergétique. Sachant qu'en plus, les 2/3 du montant payé est déductible des impôts. Par exemple, pour un aller-retour Paris-New York en classe économique, en avion, on versera environ 50 euros (soit environ 17 euros après déduction fiscale).