«Nous sommes extrêmement sévères et réactifs»

SANTE Le Ministère de l'Agriculture réagit au reportage sur les pesticides dans l'assiette...

Propos recueillis par Audrey Chauvet

— 

Bruno Lemaire (à g.), et le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos.
Bruno Lemaire (à g.), et le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos. —

Le reportage diffusé ce soir sur France3 dans l’émission Pièces à conviction lance l’alerte sur les dangers de l’alimentation: saumons d’élevage intoxiqués aux pesticides, mais aussi PCB dans les poissons français ou engrais interdits dans les fruits et légumes en provenance d’Espagne.

Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, devrait annoncer des interdictions de pêche. Bertand Sirven, conseiller du ministre, a donné quelques éléments à 20minutes.fr pour comprendre ce dossier.

Aviez-vous déjà été alerté sur ces problèmes de pesticides dans l’alimentation?

Ce sont des problèmes plus ou moins connus, notamment les PCB dans la baie de Seine qui sont traités depuis plusieurs années. Ces PCB ont été utilisés jusque dans les années 80 et sont très stables chimiquement, donc ils posent des problèmes récurrents. Nous avons déjà financé des opérations de prospection pour que les pêcheurs trouvent d’autres zones de pêche que celles qui sont contaminées. Mais il ne faut pas avoir peur de manger le poisson qui est sur les étals car les contrôles sont très stricts.

Quelles mesures peuvent être prises concernant le saumon norvégien?

Le Ministre a pris contact avec son homologue norvégienne, nous attendons sa réponse. Nous ne pouvons de toute façon pas interdire les importations, les règles du commerce ne se décident pas à notre niveau. Mais si nécessaire, nous renforcerons les restrictions sanitaires. La règle de base, c’est: aucune prise de danger sur la sécurité alimentaire. Plus de 60.000 contrôles inopinés sont effectués dans les centres de distribution et sur les étals. En France, on ne mange pas un œuf qui n’a pas été contrôlé. La veille sanitaire est extrêmement efficace, en France nous avons trois fois moins de cas d’intoxication alimentaire qu’en Grande Bretagne et trente fois moins qu’aux Etats-Unis. Bien sûr, on peut toujours mieux faire, mais nous avons déjà une position extrêmement rigoureuse.

Les produits importés présentent-ils plus de risques que les produits locaux?

Il est très difficile d’aller contrôler tous les produits importés, y compris les fruits et légumes venant d’Espagne sur lesquels des intrants interdits en France sont utilisés. Nous souhaitons une harmonisation européenne des produits phytosanitaires et que les pays dont on importe les produits respectent ces normes. Ce qui s’est passé sur les saumons en Norvège ne pourrait pas arriver en France sur des produits similaires.

Visiblement, il y a quand même des failles dans les contrôles?

Il n’y a évidemment pas de risque zéro, mais nous sommes extrêmement sévères et réactifs. Nous procéderons sans aucun état d’âme à l’interdiction et au retrait des produits qui posent des problèmes sanitaires.