La bouse de vache, avenir du Web?

ENVIRONNEMENT Plusieurs géants de l'informatique s'intéressent aux déjections animales...

Audrey Chauvet

— 

Les vaches et les éoliennes, sources d'énergie renouvelable. 
Les vaches et les éoliennes, sources d'énergie renouvelable.  — SUZAN THIERRY/SIPA

La bouse de vache, énergie du futur? Probable pour Google ou HP, qui expérimentent l’alimentation électrique de leurs datacenters grâce aux déjections des bovins. Dans une étude présentée fin mai, les laboratoires de recherche de HP expliquent comment une ferme de 10.000 vaches peut fournir l’énergie nécessaire à un datacenter d’un mégawatt (taille moyenne d’un datacenter).

Le cercle vertueux de la bouse de vache

Une ferme laitière de 10.000 vaches produit environ 200.000 tonnes de bouses par an. Celles-ci se décomposent en émettant du méthane, un biogaz qui peut être utilisé pour produire de l’électricité : on estime que 11MWh pourraient être produits par les 10.000 ruminants.

Pour l’environnement, le bénéfice serait double: en captant le méthane, gaz à effet de serre beaucoup plus nocif que le CO2, on évite de le laisser se disséminer dans l’atmosphère et on substitue une énergie renouvelable aux énergies fossiles. Autre interaction positive: la chaleur produite par les ordinateurs pourrait être utilisée pour accélérer le processus de décomposition des bouses.

Ce cercle vertueux est déjà expérimenté avec succès dans la centrale à biogaz de Leeuwarden, aux Pays-Bas, ou le mélange bouse de vache-herbe-restes alimentaires permet de fournir l’électricité de 1.200 foyers.

La bouse, une énergie bon marché

Si la méthode intéresse autant Google et HP, ce n’est pas seulement par souci écologique: les datacenters sont de gros consommateurs d’énergie et génèrent des coûts énormes. Les énergies gratuites ou bon marché intéressent donc les entreprises: HP a ainsi inauguré début 2010 en Angleterre un centre de données dont le refroidissement est assuré uniquement par le vent marin.

La bouse de vache, si son prix ne flambe pas, pourrait donc se présenter comme une source d’énergie durable pour les infrastructures informatiques, qui consomment aux Etats-Unis l’équivalent de la production de 15 centrales à charbon. Les éleveurs de vache deviendront-ils les nouveaux rois du pétrole?