Fin de la pêche au thon rouge: Paris demande des explications à Bruxelles

ENVIRONNEMENT Bruno Le Maire demande à la Commission européenne qu'elle apporte la «preuve formelle» que les quotas français sont épuisés...

B.D. avec agence

— 

Un thonier retire son filet de l'eau durant une sortie en mer au large de Concarneau, le 2 juin 2009.
Un thonier retire son filet de l'eau durant une sortie en mer au large de Concarneau, le 2 juin 2009. — AFP PHOTO / MARCEL MOCHET

Bruno Le Maire se fait le porte-voix des pêcheurs. Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche a annoncé ce mercredi lors des questions à l'Assemblée nationale qu’il allait demander des explications à Bruxelles sur sa décision de fermer de façon anticipée la pêche au thon rouge.

Après avoir «déploré» les incidents entre les pêcheurs français et les militants de l'ONG Greenpeace au large de Malte, Bruno Le Maire a demandé à la Commission européenne d'expliciter sa décision.

«Preuve formelle»

«Soit la Commission nous apporte la preuve formelle que les bateaux français ont réalisé l'intégralité de leurs quotas et dans ce cas nous respecterons naturellement la décision, soit les navires français n'ont pas pu réaliser leurs quotas et nous demandons à la Commission européenne de laisser les pêcheurs français réaliser les quotas légalement autorisés», a-t-il affirmé.

La Commission européenne a annoncé la fermeture anticipée dès mercredi soir de la campagne annuelle de pêche au thon rouge, qui devait se poursuivre jusqu'au 15 juin. Selon elle, les quotas alloués sont déjà épuisés. Cette mesure, saluée par les ONG environnementalistes, est «nécessaire pour protéger les stocks fragiles de thon rouge» et pour assurer leur survie, a-t-elle expliqué.