Les océans nous rendent service

ENVIRONNEMENT Les océans jouent un rôle important dans la régulation du climat...

Audrey Chauvet

— 

Les Maldives, archipel de l'Océan Indien dont l'existence est menacée par la hausse du niveau des océans. 
Les Maldives, archipel de l'Océan Indien dont l'existence est menacée par la hausse du niveau des océans.  — Stuart Westmorla/SUPERSTOCK/SIPA

Disparition des poissons, mort des coraux, acidification,... La Journée mondiale des océans est l’occasion de rappeler les dangers qui pèsent sur l’océan. Mais au fait, pourquoi est-il si important de préserver les océans?

Le radiateur de la planète

Les ouragans, tsunamis, et la hausse prévue du niveau des eaux prouvent que la réponse des océans aux pressions qu’ils subissent peut être violente. Et qu’il faut s’en préoccuper sérieusement. Influencés par le climat et l’influençant en retour, les océans sont indissociables de la lutte contre le réchauffement climatique.

Les océans jouent un rôle de régulateur du climat qui pourrait être altéré s’ils se réchauffaient. «L’océan transporte du chaud de l’Equateur vers les hautes latitudes. Si on augmente la température de l’eau, on augmente sa densité et donc on modifie les courants, explique Fabienne Gaillard, responsable du Laboratoire de physique de l’océan interrogée par 20minutes.fr. C’est l’image catastrophique du Gulf Stream qui s’arrête.» Le climat tempéré d’Europe pourrait alors se refroidir considérablement.

Le plus grand puits de carbone

Pour l’instant, l’océan a surtout contribué à ralentir le réchauffement climatique. Fabienne Gaillard décrit ce phénomène:«L’océan réagit lentement et peut accumuler beaucoup de chaleur, contrairement à l’atmosphère qui réagit très vite. Il retarde ainsi les effets du réchauffement et cache une partie du problème, puisqu’une grande partie du CO2 émis se dissout dans les océans».

Mais si l’océan venait à trop se réchauffer, il pourrait relâcher son CO2, par un phénomène physique simple (un soda chaud perd ses bulles). «Le système du réchauffement peut alors s’accélérer et la machine s’emballer» avertit Fabienne Gaillard.

Autre risque: le méthane, véritable bombe à réchauffement, stocké dans les hydrates de gaz, pourrait se libérer si ces glaces fondaient sous l’effet d’une hausse de la température des océans. Le méthane a une capacité de réchauffement vingt fois supérieur à celle du CO2 et sa libération en grande quantité a provoqué il y a 55 millions d’années un gros coup de chaud qui a mis 200.000 ans à s’estomper.

Un équilibre biologique utile à l’Homme

Pollution et surpêche sont les principales menaces qui pèsent sur les espèces marines. La surexploitation des ressources naturelles ou leur destruction par des marées noires ou des rejets polluants détruisent la biodiversité, garante de l’équilibre des océans.

Mais l’océan est aussi victime de son rôle de puits naturel de carbone: la quantité croissante de CO2 qu’il absorbe provoque une acidification qui rend plus difficile la constitution de coquilles solides pour les mollusques et pourrait être une cause du blanchissement et de la mort des coraux. Selon Fabienne Gaillard, «C’est une question d’équilibre. S’il est rompu, il y a une espèce qui va se mettre à dominer et ce ne sera peut-être pas celle qu’on préfère. Par exemple, la prolifération de méduses en mer Méditerranée n’est pas toujours agréable...».

Source de la vie, les océans sont donc le garant d’un équilibre dans lequel l’Homme peut vivre. Si cet équilibre se brisait, nous pourrions le payer très cher.