Sur le caillou, Les oiseaux se cachent pour ne pas mourir

BIODIVERSITE L'Ile de La Réunion est infestée de rats, qui menacent certaines espèces...

Ala Réunion, V. V.

— 

De plus en plus dur d'apercevoir le tuit-tuit.
De plus en plus dur d'apercevoir le tuit-tuit. — V. VANTIGHEM / 20 MINUTES

C'est un mal qui ronge la biodiversité. Tous les jours, Damien Fouillot arpente les hauteurs de la Roche Ecrite pour relever les 1.300 pièges qu'il a posés. Infestée de rats, cette forêt qui domine le cirque de Mafate est aussi le lieu de villégiature du tuit-tuit. Présent uniquement sur l'île, ce petit oiseau qui tire son nom du cri qu'il pousse de façon stridente a été classé en «voie critique d'extinction».

Pièges à rats dans les arbres

«Il n'en reste que 27 couples aujourd'hui, explique le spécialiste de la Société d'études ornithologiques de la Réunion (Seor). Le tuit-tuit n'a pas encore développé de stratégie pour échapper au rat. Si on ne fait rien aujourd'hui, il n'existera plus dans trente ans.»

Depuis 2006, la Seor est parvenue à protéger l'espèce en multipliant les pièges à rats et en construisant des nichoirs dans les arbres. Mais aujourd'hui, «on est dans l'incertitude au sujet des financements pour poursuivre nos actions, déplore Damien Fouillot. On ne sait pas encore comment on va faire pour l'année prochaine.» Le challenge de La Réunion est pourtant immense. «Il y a plus de biodiversité sur l'île que dans l'ensemble des autres parcs nationaux français, assure Daniel Gonthier, président du parc réunionnais. Il faut la protéger. Il y a encore plein d'espèces – notamment végétales – à découvrir sur notre caillou.»