Eaux: alerte à la pollution dans la Seine, 70% des poissons contaminés

ENVIRONNEMENT Les analyses sont «catastrophiques» selon une association...

Avec agence
— 
Les eaux de la Seine sont particulièrement polluées en PCB.
Les eaux de la Seine sont particulièrement polluées en PCB. — AP Photo/Jacques Brinon

Les dernières analyses sur la pollution aux PCB sont «catastrophiques» pour la Seine et la Marne en Ile-de-France, indique l'association écologiste Robin des Bois, qui appelle mercredi les autorités à réglementer la pêche.

«Les analyses réalisées par l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) (...) sont catastrophiques pour ce qui concerne la Seine en amont de Paris, aval et dans la capitale. La Marne elle aussi est touchée», indique l'association dans un communiqué.

Les PCB ou polychlorobiphényles sont des produits chimiques potentiellement dangereux, très utilisés dans les années 1970, et complètement interdits depuis 1987. Mais ils se sont accumulés dans l'environnement, en particulier dans les sédiments, les rivières et les poissons.

«70% des poissons ne sont pas consommables»

Selon Christine Bossard, chargée de campagne à Robin des Bois, d'après ces analyses réalisées par l'Onema qui ont débuté en 2008, «70% des poissons ne sont pas consommables» en Ile-de-France.

L'association s'inquiète particulièrement du «déficit en information et réglementation» dans cette région.

«Alors que sur l'ensemble du territoire de nombreux arrêtés préfectoraux interdisent ou restreignent la pêche de loisirs et la pêche professionnelle ou encore informent les pêcheurs des risques sanitaires dus à la consommation de poissons toxiques, le préfet de police de Paris, la Mairie de Paris et les prêts du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine et des Yvelines restent silencieux à ce sujet», dénonce le communiqué.

Déficit de réglementation

La situation est d'autant plus «aberrante» qu'il y a «des mesures prises en Haute-Normandie, en aval, et en amont, dans la rivière Essonne», souligne Christine Bossard, tout en reconnaissant que «ça commence à bouger un petit peu» en référence à un récent arrêté en Seine-et-Marne.

«La pêche est une activité de plus en plus populaire, y compris en ville», relève-t-elle.

Pour autant, les pêcheurs d'Ile-de-France mangent-ils leurs poissons? «Ils disent, on les relâche. Mais vous avez des pêcheurs avec des viviers. Ils sont quand même un petit peu tentés de consommer. D'autant (...) qu'il n'y a pas vraiment d'alerte visuelle», ajoute-t-elle.