Marée noire: BP a commencé à cimenter le puits

ENVIRONNEMENT L'entreprise cherche toujours à colmater la fuite...

Avec agence

— 

La marée noire a atteint les côtes de la Louisiane le 19 mai 2010.
La marée noire a atteint les côtes de la Louisiane le 19 mai 2010. — Hans Deryk / Reuters

Nouvelle tentative. BP a entamé ce mercredi en milieu de journée une délicate opération visant à cimenter le puits de pétrole dont une fuite alimente quotidiennement depuis plus d'un mois la marée noire dans le golfe du Mexique, selon un porte-parole du groupe britannique.

«BP a commencé» l'opération, baptisée «top kill» en anglais, a déclaré le porte-parole, peu après que les garde-côtes américains eurent donné leur feu vert au groupe pétrolier.

BP a précisé dans un communiqué que l'opération avait commencé à «13h» heure locale (20h en France).

La procédure consiste à injecter une solution faite d'eau, de matières solides et de barite, un minerai, dans deux conduits qui mènent à la valve antiexplosion du puits, d'où s'échappent le pétrole et le gaz, puis de sceller le puits avec du ciment.

«Entre 60 et 70%» de chances de réussir

Un des vice-présidents du pétrolier, Kent Wells, a estimé que l'opération avait «entre 60 et 70%» de chances de réussir. Selon le Washington Post de mercredi, la pression équivaut à envoyer entre 105 et 133 litres par seconde dans le conduit.

D'après Bruce Murray, ingénieur pétrochimiste, si la pression appliquée à la fuite est assez forte, le mélange devrait pouvoir forcer le pétrole à se replier dans le gisement et l'immobiliser. Du ciment doit ensuite être injecté pour sceller la fuite.

Mais, souligne Eric Smith, du Tulane Energy Institute, la pression requise pour stopper la fuite est tellement forte que le gisement ou la valve anti-explosion pourraient être endommagés. Le procédé produirait alors l'effet inverse de celui escompté: une fuite encore plus importante.

Et, préviennent les experts, si cette technique a déjà été expérimentée avec succès en d'autres occasions, elle n'a jamais été tentée à 1.500 mètres de profondeur.