Chantal Jouanno veut un Grenelle 3, Bernard Accoyer veut qu'on se «calme»

ENVIRONNEMENT Le Grenelle 2 est à peine voté...

O.R. avec agence
— 
Chantal Jouanno à l'Assemblée nationale, sur le banc des ministres, le 28 avril 2010.
Chantal Jouanno à l'Assemblée nationale, sur le banc des ministres, le 28 avril 2010. — AFP PHOTO/MEHDI FEDOUACH

Visiblement pas emballée par les résultats du Grenelle 2, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno juge souhaitable de lancer un «Grenelle 3» centré sur la mise en place de nouveaux indicateurs de la performance économique et du progrès qui prennent en compte «la finitude des ressources».

«La loi Grenelle 2 (adoptée il y a une semaine par les députés) est la traduction des différents engagements techniques. En revanche, sur les principes, il y a encore à faire. La logique serait de rentrer dans un Grenelle 3», explique-t-elle dans un entretien au Monde daté de jeudi.

«Le premier sujet concerne les suites à donner au rapport Stiglitz sur la mesure de la performance économique et du progrès social», affirme-t-elle. Le rapport du Prix Nobel d’économie américain, remis à Nicolas Sarkozy en septembre dernier, propose une série de pistes pour combler les carences du PIB. Il met en particulier l'accent sur la mesure du bien-être ou la prise en compte des activités non-marchandes.

«Ça suffit, on se calme»

  Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, estime pour sa part que la proposition de Chantal Jouanno est «déraisonnable»: «Réfléchissons à l’avenir, mais là ça suffit. On se calme.»

«Soyons sérieux, la France est en avance sur tous les autres pays quant aux décisions courageuses que nous venions de prendre en matière d'environnement», a-t-il déclaré, invité de Questions d'Info LCP/France Info/AFP.

Il a fait valoir que les parlementaires venaient «à peine de voter le Grenelle 2», comprenant «250 articles», en soulignant que cela allait «nécessiter une foultitude de décrets d'application».

«Une nouvelle manière de travailler»

  Benoît Hartmann, coordinateur du pôle aménagement durable du territoire de France Nature Environnement, contacté par 20minutes.fr, estime quant à lui que «le Grenelle n’est qu’une étape, qui a réussi à mettre en place une nouvelle gouvernance, entre l’Etat, les collectivités locales, les associations et les lobbies.» 

«Ce dialogue là ne devrait jamais s’arrêter», précise-t-il. «On n’a pas résolu tous les problèmes environnementaux en France avec les deux Grenelle, mais je ne sais pas s’il faut appeler la suite un ‘Grenelle 3’. Ce qui est sûr c’est que nous avons une nouvelle manière de travailler, et la preuve de son efficacité a été faite».