20 Minutes : Actualités et infos en direct
PiétonsVotre ville est-elle marchable ? Le classement de Place aux Piétons est là

Mobilité : Votre ville est-elle marchable ? « Place aux Piétons » sort son classement

PiétonsLe collectif « Place aux Piétons » publie ce mardi la seconde édition du baromètre des villes marchables. Une enquête nationale menée en ligne de décembre 2020 à mars 2021, afin d’évaluer la « marchabilité » des villes. Qu’en retenir ?
Avec ses larges trottoirs pour les piétons, la commune d'Acigné, près de Rennes, est la ville française la mieux notée du baromètre des villes marchables.
Avec ses larges trottoirs pour les piétons, la commune d'Acigné, près de Rennes, est la ville française la mieux notée du baromètre des villes marchables.  - C. Allain / 20 Minutes / 20 Minutes
Farah Birhadiouen

Farah Birhadiouen

L'essentiel

  • Deux ans après un premier état des lieux, le collectif « Place aux Piétons » publie ce mardi son 2e baromètre des villes et villages marchables de France.
  • Ressenti global, confort, sécurité, aménagements… Tout y passe, pour les grandes villes comme pour de petites communes.
  • Qui sont les bons élèves du pays en la matière ? Et les cancres ? La situation globale s’améliore-t-elle pour les piétons en ville ? On y répond.

Bonnet d’âne pour Marseille avec un G… Paris perd un point et décroche un E. Bordeaux et Lille s’en sortent un peu mieux avec un D. Et si on s’intéresse aux bons élèves, on trouve Nantes, Rennes et Strasbourg avec un C. Ce mardi, le collectif « Place aux Piétons »* a publié les résultats de son 2e baromètre des villes et villages marchables, deux ans après la première édition.

Cette fois, ce sont près de 70.000 Français qui ont participé à l’enquête, réalisée du 17 novembre 2022 au 1er mars 2023, pour classer 230 communes. Lesquelles font le plus de place aux piétons ? Ont le plus progressé en deux ans ? Ou, à l’inverse, ont dégringolé ?

Paris perd une place, Marseille récolte d’un G

Dans ce baromètre, les Français étaient invités à classer leurs municipalités selon cinq principaux critères : ressenti global, sécurité, confort, effort ville, aménagements services.

Le verdict est tombé. Dans les villes de plus de 200.000 habitants, Rennes, Strasbourg et Nantes s’en sortent le mieux en décrochant un C. Nantes gagne d’ailleurs une place par rapport à 2021. C’est le cas aussi de Toulouse et Lille gagnent, en passant de E à D. Paris fait le chemin inverse. Si on continue de dérouler les grandes villes, Lyon, Bordeaux et Nice gardent leur D. Loin derrière, on retrouve Marseille avec la note de… G.

Mais la marchabilité est aussi un enjeu fort dans les villes moins peuplées, et « Place aux piétons » ne les oublie pas dans son palmarès. Le Havre, Besançon et Dijon constituent le podium pour les communes de 100.000 à 199.999 habitants, avec une note de 10.97 et un C. Dans les villes intermédiaires de 50.000 à 99.999 habitants, l’Ile-de-France s’en sort brillamment. Vincennes obtient même la note moyenne de 14,37/20, qui lui permet de décrocher un A. Versailles et Asnières-sur-Seine complètent le podium avec leur C.

Citons aussi, dans les villes bien plus petites qui se font brillamment remarquer, Acigné, en Ille-et-Vilaine, déjà titrée en 2021, ainsi que Coudekerque-Branche et Dainville, dans les Hauts-de-France, qui décrochent toutes un A +.

Un panorama des attentes des piétons

En tendant le micro aux piétions, ce baromètre dresse du coup un panorama précis de leurs attentes. De 2021 à 2023, elles n’ont guère changé. Les priorités ? Avoir des cheminements piétons (trottoirs) plus larges, bien entretenus et sécurisés ; réserver l’usage des trottoirs aux déplacements à pied ; verbaliser davantage le stationnement sur les passages piétons et les trottoirs ; modérer la vitesse des véhicules motorisés dans les lieux fréquentés par les piétons.

Une demande semble monter : celle de jalonner les rues les plus parcourues des piétons de bancs de repos, d’abris, de toilettes, de bornes d’eau potable et autres équipements qui vont rendre leur vie plus agréable. C’est une demande forte et qui progresse beaucoup entre les deux baromètres, dans les villes moyennes, mais aussi auprès des piétons de plus de 65 ans.

Une progression globale tout de même par rapport à 2021 ?

Cette deuxième édition tend à montrer, globalement, une progression dans la prise en compte par les villes des besoins des piétons. Les répondants à l’enquête sont 60 % à penser que leur commune n’est pas du tout à leur écoute, contre 69 % en 201. Et ils ne sont « que » 57 % à estimer que leur commune fait encore peu d’effort pour favoriser la marche, contre 63 % en 2021.

Il y a donc encore fort à faire pour Place aux piétons. Le collectif plaide notamment en faveur de l’instauration d’une limite de vitesse de 30 km/h en zone urbaine pour les voitures. Il verrait d’un bon œil également la migration des places de stationnement de la voirie vers des parkings souterrains, afin de libérer de l’espace pour élargir les trottoirs. Mais aussi la piétonnisation de certaines rues dans les hypercentres urbains, ou encore l’amélioration de la signalétique pour faciliter la mobilité des personnes malvoyantes.

* Qui rassemble la Fédération française de la randonnée pédestre (FFRandonnée), Rue de l’Avenir, 60 millions de piétons et le Club des villes et territoires cyclables et marchables (CVTCM).

Sujets liés