20 Minutes : Actualités et infos en direct
au SommetPour Vanessa Nakate, « il faut prioriser les gens plutôt que les profits »

Crise climatique : « Il faut prioriser les gens plutôt que les profits » insiste Vanessa Nakate

au SommetLa militante écologiste ougandaise est de passage à Paris à l’occasion du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial auquel elle participe au côté de Greta Thunberg
« Il faut prioriser les gens plutôt que les profits » insiste la militante écologiste Vanessa Nakate
Emilie Petit et Gabrielle Trottmann

Emilie Petit et Gabrielle Trottmann

L'essentiel

  • Âgée de 26 ans, l’activiste ougandaise, Vanessa Nakate, a choisi de dédier sa vie à la lutte contre le changement climatique.
  • Cette semaine, elle est à Paris à l’occasion du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial. Elle participera, ce jeudi soir, à la table ronde organisée par Debatable, « L’activisme fait bouger les lignes », au Théâtre du Châtelet, de 16h à 17h30, avec Greta Thunberg, Helena Gualinga, Ineza Grace et Mitzi Jonelle Tan, pour discuter du pouvoir de l'activisme.
  • Elle rappelle qu’il faut abandonner les énergies fossiles et construire une alliance juste entre les pays du Nord et du Sud, principales victimes du dérèglement climatique.

Comment devient-on activiste pour le climat ? Quel est le problème avec Eacop, le projet de méga pipeline de TotalEnergies, en Ouganda et en Tanzanie ? Pourquoi l’alliance des pays du Nord et du Sud est indispensable pour lutter contre le changement climatique ?

Âgée de 26 ans, l’activiste ougandaise, Vanessa Nakate, a choisi de dédier sa vie au combat pour la sauvegarde de la planète. De passage à Paris pour participer à la table ronde organisée par Debatable, « L’activisme fait bouger les lignes », au Théâtre du Châtelet, ce soir, la militante a accepté de répondre à 20 Minutes.

« Ce qu’ils appellent l’or noir a surtout destruit des vies et accentué la misère »

Avec Greta Thunberg et Helena Gualinga, une activiste âgée de 21 ans de la communauté Sarayaku, en Amazonie équatorienne, Vanessa Nakate est venue rappeler, en amont du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, la nécessité de construire une alliance juste entre les pays du Nord et ceux du Sud. Ces derniers sont, en effet, les principales victimes du dérèglement climatique alors qu’ils y ont bien moins contribué, comme le souligne l’activiste ougandaise : « le continent africain est responsable de moins de 4 % des émissions mondiales, et pourtant, il est l’un des endroits où les effets du changement climatique sont les plus visibles et violents. C’est ce qui est le plus frustrant, et qui génère le plus de tristesse : voir que ceux qui souffrent le plus de ces effets sont ceux qui en sont le moins responsables. »

Pour Vanessa Nakate, tourner le dos aux industries qui exploitent les énergies fossiles n’est pas seulement nécessaire pour lutter contre le dérèglement climatique. C’est aussi un enjeu de justice sociale : « les entreprises qui exploitent les combustibles fossiles promettent depuis toujours de sortir les gens de la misère. Sauf que ça ne s’est jamais produit. Ce qu’ils appellent “l’or noir”, a surtout détruit des vies et accentué la misère. Il faut savoir qu’en Afrique subsaharienne, environ 600 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité ! L’industrie des combustibles fossiles n’a donc pas été en mesure d’améliorer les conditions de vie de millions de personnes. C’est pourquoi nous devons engager une transition massive vers les énergies renouvelables, en particulier dans les pays du Sud. »

Pour voir l’interview que Vanessa Nakate a accepté de livrer à 20 Minutes face caméra, rendez-vous en haut de cet article !

Sujets liés