20 Minutes : Actualités et infos en direct
cap vertComment Macron veut booster le décollage de « l’avion vert »

Aéronautique : Usine de biocarburants, millions sur la table… Le plan d’Emmanuel Macron pour booster l’avion vert

cap vertA la veille du Salon aéronautique du Bourget, Emmanuel Macron annonce une enveloppe de 300 millions d’aides au développement des avions
Aéronautique : Ce qu’il faut retenir du plan d'investissement pour booster les avions verts
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Développer de nouveaux moteurs, de nouveaux avions et les biocarburants substituables au kérosène. C’est l’objectif de la série d’investissements dévoilés par Emmanuel Macron ce vendredi, à trois jours de l’ouverture du Salon aéronautique du Bourget. Une enveloppe de 300 millions d’euros par an va être consacrée sur la période 2024-2030 à la filière de « l’avion vert », a indiqué le chef de l’Etat lors de la visite d’une usine du motoriste Safran, à Villaroche (Seine-et-Marne). « Nous Français on doit être les champions de l’avion ultra-sobre. […] Et on a les moyens de l’être », a-t-il lancé.

La principale annonce de ce plan est l’installation prochaine d’une usine de biocarburants dans les Pyrénées-Atlantiques, à Lacq, près de Pau. Ce site baptisé BioTJET, porté par la société Elyse Energy, « va s’ouvrir dans une région qui connaît bien l’énergie » et « va créer 700 emplois directs » soit 100 sur le site et 600 sur tous les acteurs du recyclage, a affirmé le président de la République. Produits à partir d’huiles usagées, résidus de bois ou algues, les carburants durables (SAF) sont utilisables en complément du kérosène dans les avions actuels mais leur production reste balbutiante.

Le plan comporte par ailleurs 200 millions d’argent public et privé qui seraient alloués au développement de petits avions électriques ou à hydrogène.

Une flotte mondiale qui va doubler

Un avion commercial sur deux vendus dans le monde est conçu par Airbus, notamment en France, et la concurrence s’annonce féroce entre Européens, Américains et Chinois pour arriver les premiers sur le marché de la décarbonation. Les enjeux de celle-ci sont énormes dans le secteur aérien, de nouveau en plein boom après un effondrement de son activité durant la pandémie de Covid-19 et qui représente 3 à 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.


Le transport aérien devrait retrouver cette année son niveau d’activité d’avant la crise du Covid - avec 4,5 milliards de passagers transportés en 2019 - et pourrait le doubler à l’horizon 2050. Selon Airbus, la flotte mondiale d’avions devrait doubler dans les prochaines années, pour atteindre 46.000 appareils en 2042.

« Et on va chercher le Yéti… »

La course à l’avion vert ne convainc pas tout le monde. En tout cas pas la députée Sandrine Rousseau (EELV), volontiers ironique lorsqu’elle a été Interrogée sur Franceinfo ce vendredi matin, juste avant les annonces d’Emmanuel Macron. « Et on va chercher le Yéti…, s’est-elle agacée. Ça n’existe pas l’avion zéro émission et toutes les prévisions disent qu’éventuellement on pourrait avoir un avion à hydrogène qui transporte éventuellement des passagers, éventuellement en 2050. »

Sujets liés