20 Minutes : Actualités et infos en direct
enduranceC’est quoi ce match de « foot sans fin » pour arrêter une autoroute ?

Tarn : C’est quoi ce « foot sans fin » pour arrêter l'autoroute A69 ?

enduranceJamais en panne d’imagination, les opposants à l’autoroute A69 entre Castres et Toulouse veulent sauver le stade de football du petit village de Montcabrier. Ils appellent à « un foot sans fin » à compter de jeudi
Le terrain de foot du petit village tarnais de Montcabrier est situé sur le passage de l'autoroute A69. Illustration.
Le terrain de foot du petit village tarnais de Montcabrier est situé sur le passage de l'autoroute A69. Illustration. - Cmannphoto / Canva
Hélène Ménal

H.M.

«Tant que le ballon roulera, le stade de foot de Montcabrier ne succombera pas au bitume de l'A69 ». Voilà la nouvelle idée des opposants à l’autoroute Castres-Toulouse, prêts à remonter leurs chaussettes pour barrer la route aux pelleteuses. Et, en l’occurrence, à les empêcher de détruire le stade de foot du petit village tarnais de 353 habitants qui, comme le confirme le maire Didier Balaval, n’appartiendra plus à la commune à compter de ce jeudi 15 juin mais au concessionnaire de l’ouvrage, Atosca, qui pourra y commencer ses relevés archéologiques.


Le concept, à partir de 8 heures, c’est donc d’y commencer « un foot sans fin », quitte à rentrer dans le Guinness Book. « Pas de pause, le café se boira balle au pied dans un relais infernal où chacun.e est invité.e à venir taper dans le ballon rond, pour une heure, une journée, ou plus » , encourage LVEL qui a ouvert des créneaux d’inscription.

Le terrain ne sera pas reconstruit

Le maire a appris l’opération sur les réseaux. « C’est vrai que c’est une page de cinquante ans qui se tourne », commente-t-il, « On n’a rien demandé mais c’est difficile de s’opposer à une autoroute quand on est une petite commune, alors nous avons négocié pour être indemnisés à hauteur du préjudice ». L’équipe municipale n’a pas l’intention de construire un autre terrain. « Nous rebondirons autrement dans le sport », dit Didier Belaval. Mais l’équipe loisirs du village va devoir se trouver un autre terrain de feu.

Sujets liés