Montpellier : Un cadastre solaire pour connaître son potentiel photovoltaïque

Energie renouvelable La métropole de Montpellier a lancé un plan solaire afin d’accélérer le développement des énergies renouvelables

Jérôme Diesnis
— 
Installation de panneaux photovoltaïques.
Installation de panneaux photovoltaïques. — GILE MICHEL/SIPA

La métropole de Montpellier a lancé un plan d’action sur le développement du photovoltaïque. Son objectif : multiplier par trois sa production locale d’énergie locale d’énergies renouvelables d’ici 2030. De nombreux bâtiments publics devraient se couvrir de panneaux. Et les ombrières photovoltaïques fleurir sur les parkings. L’ensoleillement dans la métropole est conséquent, notamment sur la période estivale où il atteint le millier d’heures.

Une ferme photovoltaïque devrait également être installée sur l’ancienne décharge d’enfouissement des déchets du Thôt, située entre Lattes et Villeneuve-lès-Avignon. Un projet pour le moment car l’Etat doit au préalable donner son accord. L’ancienne décharge se trouve « dans l’emprise de la loi « littoral » », rappelle Isabelle Touzard, vice-présidente de la métropole, en charge de la transition écologique et solidaire, la biodiversité, l’énergie, l’agroécologie et l’alimentation.



Pour atteindre l’objectif de 2.800 toits couverts de panneaux photovoltaïques sur des bâtiments existants d’ici 2026, la collectivité entend s’appuyer sur les propriétaires du parc privé. Elle a mis en place un cadastre solaire d’une grande simplicité. Il suffit d’entrer son adresse. Plus le toit est jaune, plus le degré d’ensoleillement est élevé et le potentiel de production d’énergie important.