20 Minutes : Actualités et infos en direct
PLAGE PRIVEE FLOTTANTELes opposants à un projet d’îlot artificiel craignent une « jurisprudence »

Près de Cannes, les opposants à un projet d’îlot artificiel craignent qu’il fasse « jurisprudence » s’il est autorisé

PLAGE PRIVEE FLOTTANTELes promoteurs du projet Canua island, qui aimeraient pouvoir jeter l’ancre dans la baie de Mandelieu-La-Napoule, attendent le feu vert des autorités. L’association Terre Bleue réclame sa suspension avec la crainte qu’il « essaime sur les côtes »
Canua Island : La plateforme flottante est très décriée
Fabien Binacchi

Fabien Binacchi

L'essentiel

  • Selon les informations de 20 Minutes, la plateforme géante Canua island serait toujours dans un chantier naval de La Spezia, en Italie, en attente des dernières pièces manquantes mais surtout du feu vert des autorités françaises pour pouvoir venir jeter l’ancre près de Cannes.
  • « A l’Etat à présent, seul décisionnaire, de tenir avec cohérence ses engagements en faveur de l’écologie » et de « suspendre » le projet « avant qu’il ne fasse jurisprudence et essaime sur les côtes », réclame ses opposants.
  • Pour l’association Terre Bleue, « ce serait anachronique et délétère d’autoriser cela alors même que Paca a été choisie comme région pilote par le gouvernement pour la planification écologique et que Nice accueillera en 2025 la conférence des Nations-Unies sur l’océan ».

Malgré la vague d’opposition contre lui, l’îlot flottant Canua island, 1.750 m2 aménagés comme une plage privée, mouillera-t-il bientôt à quelques encablures de Cannes ? Selon les informations de 20 Minutes, la plateforme géante de ce concept inédit en France serait toujours dans un chantier naval de La Spezia, en Italie, en attente des dernières pièces manquantes mais surtout du feu vert des autorités françaises. Et notamment des conclusions d’une commission de sécurité réunie la semaine dernière.

Un « go » que des détracteurs, réunis jeudi à Théoule-sur-Mer, commune voisine de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) face à laquelle les promoteurs aimeraient jeter l’ancre, espèrent voir tomber à l’eau. « A l’Etat à présent, seul décisionnaire, de tenir avec cohérence ses engagements en faveur de l’écologie » et de « suspendre » le projet « avant qu’il ne fasse jurisprudence et essaime sur les côtes », a déclaré Hélène Granouillac, présidente de l’association locale Terre Bleue.

« Anachronique et délétère »

Cette élue écologiste à la mairie et à la métropole de Nice redoute que d’autres structures veuillent emboîter le pas. Elle a rejoint l’opposition formée depuis plusieurs mois par des riverains farouchement opposés à ce qu’ils décrivent comme une « aberration ». « Ce serait anachronique et délétère d’autoriser cela alors même que Paca a été choisie comme région pilote par le gouvernement pour la planification écologique et que Nice accueillera en 2025 la conférence des Nations-Unies sur l’océan », appuie Terre Bleue.

Appuyés par des politiques locaux, le maire de Cannes et le président du conseil régional, mais aussi par le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu, les détracteurs du projet redoutent les impacts sur le milieu marin. Ils craignent également les norias de navettes entre la terre et cette embarcation qui proposerait entre autres un bar, un restaurant et des transats. Les responsables, qui défendent de leur côté la centaine d’emplois qui serait créée sur un « navire éco-conçu », voudraient l’inaugurer pendant le prochain Festival de Cannes. Dans une dizaine de jours.

Sujets liés