20 Minutes : Actualités et infos en direct
NatureOuvrez les yeux… Le géant requin-pèlerin est de retour en Bretagne

Bretagne : Ouvrez les yeux… Le géant requin-pèlerin est de retour

NatureDeuxième plus grand poisson du monde, le requin-pèlerin passe chaque année près du littoral breton, où des spécialistes tentent de l’observer
Basée à Brest, l'Apecs observe le requin pèlerin au printemps
Basée à Brest, l'Apecs observe le requin pèlerin au printemps - M. Simonet/Apecs / Apecs
Camille Allain

C. A.

L’année 2021 n’avait pas été prolifique mais 2022 avait été bien pire, avec seulement 37 observations de requins-pèlerins au large de nos côtes. Alors en 2023, les membres de l’Association pour l’étude et la conservation des sélaciens (Apecs) espèrent pouvoir observer le géant des mers plus souvent. Installée à Brest, l’association tente d’étudier le deuxième plus grand poisson du monde. A chaque printemps, le requin-pèlerin est régulièrement observé au large des côtes de Bretagne, où il se plaît à mouvoir sa silhouette pouvant mesurer jusqu’à douze mètres.

Cette semaine, un premier signalement a été enregistré non loin de Penmarc’h, dans le Finistère sud. L’association lance un appel aux plaisanciers et touristes en les incitant à signaler toute présence de requins près des côtes en l’appelant au 06 77 59 69 83. « L’équipe pourra ainsi se rendre sur place afin de poser des balises de suivi par satellite qui aideront à mieux comprendre les déplacements de ces géants », justifie l’Apecs.



Si l’association s’intéresse tant au requin-pèlerin, c’est que l’animal n’a pas livré tous ses secrets. Inoffensif pour l’homme, le poisson fait l’objet d’un suivi scientifique assidu depuis quelques années grâce à la pose de balises GPS. La dernière, déployée en avril 2020, avait permis de suivre un spécimen jusqu’en Écosse pendant 130 jours.


Le requin pèlerin peut mesurer jusqu'à 12 mètres de long et peser plus de 4 tonnes
Le requin pèlerin peut mesurer jusqu'à 12 mètres de long et peser plus de 4 tonnes - A. Rohr/Apecs

En 2018, un autre requin avait pu être suivi pendant 834 jours, permettant de le suivre jusqu’au Cap Vert à chaque remontée à la surface. « C’est une espèce qui n’est pas facile à observer car les requins-pèlerins viennent très peu à la surface et préfèrent rester en profondeur », expliquait Alexandra Rohr, chargée de mission à l’Apecs.

Trop longtemps pêché, le requin-pèlerin est aujourd’hui classé parmi les espèces en danger d’extinction.

Sujets liés