Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
AdaptationTotalEnergies cède 1.600 stations-service et anticipe la fin du thermique

TotalEnergies va céder 1.600 stations-service en Europe pour anticiper la fin des véhicules thermiques en 2035

Adaptation
Ces stations-service vont être reprises par le groupe canadien Couche-Tard
Les stations que TotalEnergies va céder sont intégralement situées en Allemagne et aux Pays-Bas.
Les stations que TotalEnergies va céder sont intégralement situées en Allemagne et aux Pays-Bas. - SYSPEO/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

TotalEnergies prépare l’horizon 2035. En prévision de la fin des ventes de véhicules thermiques neufs en Europe, le géant pétrolier va se séparer de 1.600 stations-service en Allemagne et aux Pays-Bas. TotalEnergies annonce qu’il « cédera à Couche-Tard l’intégralité de ses réseaux de stations-service, soit 1.198 stations en Allemagne et 392 aux Pays-Bas », pays dans lesquels le groupe dit ne pas être leader et où « l’expertise d’un acteur du commerce de proximité est primordiale ».

TotalEnergies « se concentrera donc sur le développement des nouvelles mobilités (électrique et hydrogène) dans ces pays », précise le groupe, avant d’énumérer les activités de recharge électrique hors station, la distribution d’hydrogène, la vente en gros de carburants et le réseau de stations de distribution de carburants aux professionnels AS24. En Belgique et au Luxembourg, où le géant français se dit leader, une coentreprise entre TotalEnergies (40 %) et Couche-Tard (60 %) sera créée pour exploiter 619 stations-service et accélérer « la transformation de ces deux réseaux en maximisant leurs ventes hors carburants pétroliers ». Les stations des quatre pays garderont la marque TotalEnergies tant qu’elles seront approvisionnées en carburants par le groupe pétrolier « durant au moins cinq ans », précise ce dernier.

Une transaction à « 3,1 milliards d’euros »

Le vote du Parlement européen à la mi-février prévoyant l’interdiction des ventes de véhicules thermiques neufs en Europe en 2035, au profit notamment du développement des véhicules électriques, « incite TotalEnergies à prendre des décisions quant au devenir de ses réseaux en Europe qui seront confrontés à une perte de leurs revenus liés aux carburants, alors que les véhicules électriques se rechargeront surtout au domicile ou au travail et moins en stations », explique le géant pétrolier français dans un communiqué.



Le projet de transaction entre les deux groupes « repose sur une valeur d’entreprise de 3,1 milliards d’euros », précise TotalEnergies sans détailler ce montant, et « porte sur les réseaux de stations-service et les activités de cartes carburant pour clients professionnels ». Pour TotalEnergies, cette opération s’inscrit donc dans sa stratégie de « transformation en compagnie multi-énergies et dans son ambition d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 », selon le communiqué.

Le projet devrait être finalisé avant la fin de l’année 2023, sous réserve de l’approbation des autorités de la concurrence. Depuis 2015, TotalEnergies a déjà cédé ses réseaux de stations-service en Italie, en Suisse et au Royaume-Uni.

Sujets liés