20 Minutes : Actualités et infos en direct
Allô ALLÔDes étudiants vont établir une liaison radioamateur avec l’Antarctique

Montpellier : Des étudiants vont tenter d’établir une liaison radioamateur avec l’Antarctique

Allô ALLÔEpaulés par le Radio club de Teyran, ils vont essayer de communiquer avec des scientifiques installés dans cette région isolée
La liaison avec l'Antarctique est prévue pour mercredi matin.
La liaison avec l'Antarctique est prévue pour mercredi matin. - N. Bonzom / Maxele Presse / Maxele Presse
Nicolas Bonzom

Nicolas Bonzom

L'essentiel

  • Des étudiants de l’université des Sciences de Montpellier et des passionnés du Radio club de Teyran vont tenter d’établir ce mercredi une liaison radioamateur avec des scientifiques, installés sur l’Archipel de Crozet, en Antarctique.
  • Une véritable opportunité, pour ces chercheurs, car là-bas, il n’y a pas d’Internet. Seulement la téléphonie satellitaire, qui est très, très onéreuse.
  • Cette communication est possible grâce à la présence, en Antarctique, d’un passionné de radioamateur, et grâce à un satellite qatari.

A l’université des Sciences de Montpellier (Hérault), on s’apprête à réaliser une petite prouesse. Mercredi (10h30), des étudiants, épaulés par des passionnés du Radio club de Teyran, tenteront d’établir une liaison radioamateur avec des scientifiques, installés sur l’Archipel de Crozet, en Antarctique. Car là-bas, il n’y a pas Internet.

« Ils n’ont pas TikTok, ils n’ont pas Amazon ! », sourit Sylvie Jarrix, l’enseignante-chercheuse qui porte le projet avec ses étudiants. Les chercheurs en expédition dans cette région désertique du globe n’ont que la téléphonie satellitaire pour communiquer avec leurs confrères, et leurs proches. « Mais ça coûte extrêmement cher, poursuit la professeure. La bande passante, et le temps de communication, sont très réduits. »



Une communication via un satellite qatari

Discuter grâce à une liaison radioamateur, qui ne coûte rien, c’est une vraie opportunité, pour ces chercheurs. D’autant plus qu’il est possible, aussi, de recevoir des images et des vidéos, grâce à ces équipements. Au-delà de la « station sol », mise en œuvre dans une salle du bâtiment 1 du campus Triolet, cette expérience n’aurait pas pu être tentée sans la présence, en Antarctique, d’un passionné de radioamateur, Thierry Mazel, alias F6CUK. Il a réussi à s’inviter dans les bagages des scientifiques et travaille, depuis le mois de décembre, à assurer une liaison avec le continent depuis cette région inhabitée.

« Cette communication est aujourd’hui possible parce qu’un satellite géostationnaire, QO-100, a été mis sur orbite par le Qatar, pour la télévision qatarie, poursuit Sylvie Jarrix. Il est idéalement positionné, et il est le premier à emporter, avec lui, un relais de radioamateur. » QO-100 communiquera, mercredi, si tout va bien, avec l’immense parabole d’1,30 mètre, installée pour l’occasion sur le toit du bâtiment 1 du campus Triolet.


Guy Gleizes, passionné de radio-amateur depuis plus de 50 ans, participe au projet.
Guy Gleizes, passionné de radio-amateur depuis plus de 50 ans, participe au projet. - N. Bonzom / Maxele Presse

« On est prêt ! »

Ce mardi, les étudiants et le club de Teyran ont procédé aux derniers réglages. « On est prêt ! Cela fait plus de six mois que nous travaillons à ce contact, avec Sylvie Jarrix, confie Guy Gleizes, radioamateur depuis plus de 50 ans, et président du Radio club de Teyran. On fait les derniers essais. Il y a bien sûr, toujours une petite part d’incertitude. C’est ça, l’expérimentation. Si ça marche, tant mieux. Si ça ne marche pas, tant pis. »

Antonin Arnaud, étudiant en Master 2 de Photonique, hyperfréquences et systèmes de télécommunications, est « très fier » d’avoir participé à ce projet. « C’est un beau projet, confie-t-il. Ce fut quand même assez compliqué, mais on y est arrivé. Ça me touche d’autant plus que j’ai grandi à la Réunion, ce n’est pas très, très loin de l’archipel. » Les curieux qui le souhaitent sont invités à assister à ce contact avec l’Antarctique, ce mercredi, dès 9 heures, dans le bâtiment 1 de l’université de Sciences de Montpellier.

Sujets liés