20 Minutes : Actualités et infos en direct
SécheresseMauvaise nouvelle, l’hiver 2023 a été particulièrement sec et doux

Sécheresse : L’hiver 2023 a été particulièrement sec et doux en France (et ce n’est pas une bonne nouvelle)

SécheresseLe déficit de précipitations et les températures plus élevées que la normale suscitent l’inquiétude
Le manque de pluie s'est cruellement fait ressentir, notamment dans le sud.
Le manque de pluie s'est cruellement fait ressentir, notamment dans le sud. - AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

«Y a plus d’saison, ma bonne dame ! » Météo-France a confirmé ce lundi que les mois de décembre, janvier et février ont été marqués par une relative douceur et surtout un déficit de pluie et de neige qui ont alimenté une sécheresse préoccupante.

« Cet hiver est, en France, la cinquième saison consécutive marquée par un déficit de précipitations et des températures plus élevées que la normale », note l’institut de prévisions météorologique dans son bilan hivernal, qui couvre la période du 1er décembre au 28 février.

Elément le plus marquant de la saison : le déficit de précipitations. Il a atteint près de 25 % sur l’ensemble de la période, et dépassé 75 % sur le seul mois de février. Cette période a été illustrée par une séquence record de 32 jours sans pluie (précipitations inférieures à 1 millimètre en moyenne sur la France) entre le 21 janvier et le 21 février.



0,8 degré de plus que la normale

Au total, l’hiver 2023 se classe au neuvième rang des hivers les moins arrosés depuis 1959. Il a également été marqué par la douceur, avec une température moyenne supérieure à la normale (période 1991-2020) de 0,8 degré pour la troisième année consécutive, après les hivers 2022 et 2021.

Ces conditions ont contribué à alimenter la sécheresse des sols, déjà peu humides à l’issue de l’automne. Fin février, la situation des sols correspond à celle qu’on devrait normalement avoir mi-avril, indique Météo-France. Autre source de préoccupation : les nappes phréatiques en sous-sol, qui ne se sont pas ou peu rechargées cet hiver.


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Ce lundi, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu réunit les préfets pour la deuxième fois en huit jours afin de les inciter à prendre des arrêtés de restriction d’eau « dès maintenant », et ainsi anticiper d’éventuelles situations de crise pendant l’été.

La situation est d’autant plus alarmante qu’en plus des faibles précipitations, la neige, dont le niveau en fin d’hiver permet d’anticiper l’alimentation des cours d’eau en période de fonte à la fin du printemps et au début de l’été, est également peu tombée. Les Alpes ont d’ailleurs connu « un niveau record de faible enneigement » pour un 1er mars.

Sujets liés