20 Minutes : Actualités et infos en direct
CATASTROPHELe bilan des inondations au Brésil s’alourdit à 64 morts

Brésil : Le bilan des inondations s’alourdit à 64 morts

CATASTROPHEUne semaine après les inondations et glissements de terrain qui ont affecté le sud-est du pays, les autorités de l’Etat de Sao Paulo ont actualisé le bilan humain de la catastrophe
En image, les glissements de terrain sur des collines près du district de Barra do Sahy après des pluies torrentielles à Sao Sebastiao, État de Sao Paulo, Brésil, le 21 février 2023.
En image, les glissements de terrain sur des collines près du district de Barra do Sahy après des pluies torrentielles à Sao Sebastiao, État de Sao Paulo, Brésil, le 21 février 2023. - Photo by Nelson ALMEIDA / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Les inondations et glissements de terrain qui ont affecté le sud-est du Brésil il y a une semaine ont fait 64 morts, selon le dernier bilan rendu public dimanche par les autorités, tandis qu’une personne était toujours portée disparue.

Parmi ces 64 décès confirmés, les autorités de l’Etat de Sao Paulo ont identifié « 20 hommes, 17 femmes et 18 enfants ».

680 mm de pluie en 24 heures

Sao Sebastiao, une station balnéaire située à 200 km de Sao Paulo, a reçu près de 680 mm de pluie en 24 heures, soit plus du double de la moyenne mensuelle des précipitations, et le volume cumulé en une journée le plus élevé jamais enregistré au Brésil, selon les autorités.

Une semaine après la tempête, une personne était toujours portée disparue, selon le site d’information G1 citant la Défense civile. Plus de 2.400 personnes ont été déplacées, selon un bilan officiel.

Un système d’alerte insuffisant

Le gouverneur de Sao Paulo, Tarcísio de Freitas, a admis jeudi que le système d’alerte de la population par messages SMS n’était pas suffisant et annoncé l’installation de sirènes dans les zones à risque et la construction de logements pour les sans-abri.

Les experts mettent en cause, outre les effets du changement climatique, une urbanisation incontrôlée.

Au Brésil, 9,5 millions de personnes vivent dans des zones exposées aux risques d’inondations et de glissement de terrain.

Sujets liés