20 Minutes : Actualités et infos en direct
Fake OffNon, l’Italie n’a pas décidé de désobéir sur la fin des voitures thermiques

Non, l’Italie n’a pas décidé de désobéir à l’UE sur la fin de la vente des voitures thermiques en 2035

Fake OffLe gouvernement italien a, cependant, réitéré son opposition à la législation de Bruxelles et la Première ministre dit vouloir poser la question de la faisabilité du projet au niveau européen
La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, lors de sa conférence de presse de fin d'année, le 29 décembre 2022.
La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, lors de sa conférence de presse de fin d'année, le 29 décembre 2022. - Massimo Di Vita/Mondadori Portfolio/Sipa USA / Sipa
Emilie Jehanno

Emilie Jehanno

L'essentiel

  • Un message très viral sur Facebook affirme que l’Italie a décidé de « ne pas respecter cette folie européenne d’interdire les voitures thermiques en 2035 ».
  • Sauf que l’Italie n’a pas pris la décision de désobéir à la législation européenne (et que l’interdiction concerne seulement la vente de véhicules thermiques neufs et non la circulation de ces voitures).
  • Le gouvernement italien, une coalition de partis d’extrême droite et de droite, a, par contre, critiqué vertement l’accord obtenu en octobre et réaffirmé son opposition à travers plusieurs sorties chocs.

L’Italie a-t-elle marqué un point face à l’Union européenne au sujet de la fin de la vente des voitures thermiques en 2035 ? C’est en substance le message d’un post vu plus d’un million de fois sur Facebook ces derniers jours, à partir d’une capture d’écran d’un tweet. « L’Italie vient de décider de ne pas respecter cette folie européenne d’interdire les voitures thermiques en 2035 », est-il écrit.


Capture d'écran du post viral partagé sur Facebook.
Capture d'écran du post viral partagé sur Facebook. - Capture d'écran/Facebook

« La brèche est ouverte d’autres vont suivre », s’enthousiasme l’internaute dans ce tweet daté du 16 décembre 2022. En commentaires sur Facebook, les gens partagent leur joie : « Bravo à l’Italie, si seulement la France osait suivre l’exemple ! »

FAKE OFF

Sauf que l’Italie n’a pas pris la décision de désobéir à la législation européenne (et que l’interdiction concerne seulement la vente de véhicules thermiques neufs et non la circulation de ces voitures). Le gouvernement italien, une coalition de partis d’extrême droite et de droite, a, par contre, critiqué vertement l’accord obtenu en octobre et réaffirmé son opposition à travers plusieurs sorties chocs.



Le ministre des Transports, Matteo Salvini a, par exemple, déclaré à Bloomberg le 5 décembre 2022 que la fin de la production des voitures thermiques en 2035 et les nouvelles normes Euro 7, qui devraient s’appliquer à tous les véhicules particuliers à partir de 2025 pour réduire la pollution de l’air, n’avaient « pas de sens économique, environnemental et social ». Il a aussi indiqué qu’un examen des détails et du calendrier de certaines politiques de l’UE avait été discuté par les ministres à Bruxelles.

« Poser la question avec force » au niveau européen

Le 29 décembre, lors de la traditionnelle conférence de presse de fin d’année avec le chef de l’exécutif italien, le sujet a aussi été abordé. A la question : « Pensez-vous que l’échéance européenne de 2035 est raisonnable et crédible ? », Giorgia Meloni, la Première ministre, issue du parti postfasicte Fratelli d’Italia, a indiqué que « non », arrêter la production de moteurs thermiques en 2035 « n’était pas raisonnable ». « Je considère que c’est profondément nocif pour notre système de production, a-t-elle poursuivi. Il me semble que c’est un sujet sur lequel il existe un consensus au niveau italien et j’ai l’intention d’utiliser ce consensus pour poser la question avec force » au niveau européen.

Dès juin 2022, sous le précédent gouvernement, le pays, qui veut protéger son industrie automobile, menait la fronde contre l’ambition climatique de Bruxelles. Le gouvernement de Mario Draghi avait alors soutenu une proposition pour retarder la mise en place de cette interdiction à 2040.


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Le 27 octobre 2022, les eurodéputés et les Etats membres de l’UE ont trouvé un accord sur une législation européenne qui prévoit la fin des ventes de voitures neuves essence et diesel à partir de 2035, au profit des véhicules 100 % électriques. Il s’agit de réduire à zéro les émissions automobiles de CO2 pour contribuer à l’objectif de neutralité carbone du continent à l’horizon 2050.

Sujets liés