Sécheresse : L’État n’exclut pas des restrictions d’usage de l’eau dès novembre pour préserver l’été

EAU Le gouvernement a lancé depuis Marseille son premier chantier de planification écologique en commençant par l’eau. « Il va falloir apprendre à faire autant avec moins », a averti Christophe Béchu, ministre de la Transition énergétique

Alexandre Vella
— 
Le lac de Sainte-Croix, le 16 août 2022, a connu un niveau historiquement bas cet été
Le lac de Sainte-Croix, le 16 août 2022, a connu un niveau historiquement bas cet été — Alexandre Vella
  • Le gouvernement a lancé « la première brique de la planification écologique » en s’attaquant à la question de l’eau.
  • Si les principales mesures devront être « décidées à la fin de cette année ou au tout début 2023 », le ministre en charge de la Transition écologique n’a pas exclu des restrictions d’usage de l’eau dès novembre pour préserver l’été.

Après un été caniculaire marqué par « une sécheresse inédite », qui a vu 117 communes être privées d’eau, le gouvernement entend lancer les grandes manœuvres pour s’éviter de revivre la même situation. « On a pris l’engagement qu’il y aurait un avant et un après été 2022 », a introduit Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique depuis Marseille d’où il a lancé le premier des 22 chantiers de planification écologique. Cela d’autant plus, que cet été passé « risque d’être la matrice des étés futurs », a relevé le ministre. Consacrée à l’eau, cette « première brique de la planification écologique tient du symbole » d’un objet autour duquel la préoccupation a été forte cet été.

Si les principales mesures devront être « décidées à la fin de cette année ou au tout début 2023 », le ministre a donné ses orientations. Parmi lesquels de possibles « restrictions d’usage [d’eau] qui se prendraient au mois de novembre, de décembre, de janvier pour s’éviter de se retrouver dans le stress de celui du mois de mai », a annoncé le ministre faisant écho à un décret pris le 30 juillet dernier qui permet de surveiller le niveau des étiages en dehors de l’été.



L’hydroélectrique au plus bas cet hiver

Autre conséquence des sécheresses de cet été, le gouvernement « anticipe un hiver ou nous n’aurons pas un niveau de production hydroélectrique comparable à celui d’autres années ». Une trentaine de centrales et mini-centrales hydroélectriques, première source de production issue d’énergies renouvelables en France sont répartis en Provence le long de la Durance, du Verdon et du canal de Provence. A cela s’ajoutent les soucis de maintenances des centrales nucléaires et d’approvisionnement en gaz, dans le contexte de crise énergétique que nous connaissons.

« Il va falloir apprendre à faire autant avec moins », a prévenu Christophe Béchu au sujet de la ressource eau. Le « fond vert » annoncé fin août à destination des collectivités et doté d’1,5 milliard d’euros doit permettre de faire la chasse aux passoires énergétiques, aux fuites d’eau (estimées à 20 % mais avec de fortes disparités territoriales) et de financer, par exemple « la désimperméabilisation des sols » afin que l’eau de pluie ne s’évade immédiatement dans le circuit des eaux usées. Des eaux usées que le gouvernement voudrait également voir réemployées, idée qui reste à développer et à concrétiser, comme, à ce stade, l’ensemble des mesures de planification écologique.