Alpes-Maritimes : La météo d’un no man’s land à la loupe pour mesurer l’impact du changement climatique

MONTAGNE Le Parc national du Mercantour vient de faire installer une station météorologique en lisière d’une réserve intégrale, où « il n’y a pas d’intrusion humaine, pas d’exploitation forestière, pas de pastoralisme »

F.B.
La station météo est installée à 1.932 m d’altitude, sur le territoire de la commune d'Entraunes
La station météo est installée à 1.932 m d’altitude, sur le territoire de la commune d'Entraunes — PNM

Elle vient d’être installée en lisère de la Réserve intégrale de Roche Grande, un sanctuaire préservé de toute « intervention ou activité humaine » créé l’an dernier sur le territoire de la commune d’Entraunes (Alpes-Maritimes). Une station météo qui va servir à « l’amélioration de nombreuses connaissances scientifiques sur les changements climatiques en montagne » est en service depuis quelques jours, annonce le parc national du Mercantour ce mercredi.

L’installation a été dimensionnée pour « mesurer la hauteur de neige, les précipitations, la température, l’humidité, le vent et le rayonnement solaire, à 1.932 m d’altitude », indique l’établissement public.

L’évolution des milieux corrélée au changement climatique ?

Et elle devrait permettre de « corréler les évolutions du climat et des milieux naturels » sur ce site « de libre évolution » où « il n’y a pas d’intrusion humaine, pas d’exploitation forestière, pas de pastoralisme », précise Clémentine Dentz, chef du service territorial Haut-Var/Cians au parc national du Mercantour. En clair : « Les milieux vont évoluer, est-ce que c’est corrélé au changement climatique ? », explique-t-elle.

Les données, prévues pour être récoltées sur le long terme, sont transmises en temps réel et rendues disponibles en libre accès sur le site de l’association Infoclimat, partenaire de l’opération avec la Maison de la météo et du climat des Alpes du Sud.