Tempête Fiona en Guadeloupe : Un homme meurt, « emporté avec sa maison » par les flots d’une rivière en crue

INTEMPERIES Le corps d’une personne, dont la maison a été emportée par les eaux, a été retrouvé

20 Minutes avec AFP
— 
La Guadeloupe face à la tempête Fiona le 16 septembre 2022.
La Guadeloupe face à la tempête Fiona le 16 septembre 2022. — Morel Gilles/SIPA

Les premiers effets de la tempête Fiona se sont fait lourdement sentir vendredi soir en Guadeloupe, placée en vigilance rouge pour fortes pluies et orages peu avant 18 heures. Le corps d’une personne a été retrouvé par les secours, a annoncé le préfet de la Guadeloupe, Alexandre Rochatte au média local Guadeloupe 1ère. « La crue de la rivière des Pères a emporté une habitation à Basse-Terre et son occupant, ce dernier a été retrouvé décédé », précise la préfecture dans un communiqué publié peu après 08H30 (heure locale, 14H30 heure de Paris). 

Depuis le début de la tempête, le SDIS (les pompiers de Guadeloupe) a reçu 630 appels et réalisé 130 interventions. A 5h30 (11h30 heure de Pari), 23 personnes ont été secourues et deux personnes sont portées disparues.



Vigilance rouge maintenue

Des quartiers d’habitations sont inondés, les précipitations ont « emporté une maison avec a priori une personne à l’intérieur », explique Frédéric Lhomme, le directeur département adjoint des pompiers de Guadeloupe, auprès de nos confrères de Franceinfo. « On a beaucoup de reliefs aux abords de Basse-Terre. De très fortes précipitations qui durent depuis plusieurs heures convergent dans des cours d’eau complètement saturés qui débordent », explique Frédéric Lhomme.

La vigilance rouge reste maintenue, a indiqué Météo-France, dans son bulletin publié à 6 heures heure locale. « Des cumuls de plus de 300 mm en six heures ont déjà été enregistrés sur la Basse-Terre. Actuellement la Grande-Terre, la Désirade et Marie-Galante connaissent une relative accalmie en ce qui concerne l’intensité des précipitations. De fortes pluies touchent encore la Basse-Terre et les Saintes », détaille le bulletin.

« La tempête Fiona se décale dans les Caraïbes, et menace ensuite Puerto Rico, avec probable intensification au stade ouragan », selon les dernières prévisions. La Guadeloupe est toujours en vigilance rouge pour fortes pluies et orages et en vigilance orange pour vague submersion et vent violent.



Des averses fortes et orageuses jusqu’à la mi-journée

Sixième système tropical de la saison sur le bassin atlantique, la tempête Fiona, qui s’est formée jeudi au centre de l’océan, « a traversé l’archipel guadeloupéen en soirée, elle est à présent en mer des Caraïbes et se dirige vers Montserrat », une île britannique située à 50 km au nord de la Guadeloupe, a précisé Météo-France dans son bulletin de 00h00 heure locale (06h00 à Paris).

Les habitants d’Anse-Bertrand l’ont vue de très près puisque son centre, se déplaçant d’est en ouest, est venu percuter la pointe nord de l’archipel. Dans la soirée, certaines routes étaient déjà gorgées d’eau, notamment en Basse-Terre dont certaines communes ont d’ores et déjà subi d’importantes inondations, selon les images publiées par les habitants sur les réseaux sociaux.

Au Lamentin (Basse-Terre), une journaliste de l’AFP a pu constater des pluies torrentielles sans discontinuer depuis 22h00, des orages très forts qui persistaient encore à 5 heures (11h00 à Paris) dans une intensité moindre. Au Sud Basse-Terre, des habitations inondées ont été évacuées en cours de nuit dans les communes de Basse-Terre, Baillif et Vieux Habitant, a-t-on appris de source préfectorale. Sur la Grande-Terre, l’autre île majeure, la zone de Pointe-à-Pitre est aussi concernée par d’importants cumuls, avec jusqu’à 122 mm de pluie mesurés en 24 heures. Plusieurs abris ont été ouverts un peu partout dans l’archipel. Certains chefs d’entreprise ont expliqué sur Facebook avoir vu leurs locaux inondés et certains habitants ont raconté avoir vu de l’eau entrer dans leur maison.

Trafic aérien suspendu

Vendredi soir, le préfet Alexandre Rochette avait demandé aux Guadeloupéens d’éviter « l’ensemble des déplacements » et que chacun reste chez soi « pour éviter que des risques soient pris ».

La route de Saint-Louis, « dont le gué a déjà débordé » devait être fermée à 18 heures locales et la route de la Traversée à 19 heures « du fait du risque du risque de chutes d’arbres », a indiqué la préfecture dans un communiqué publié vendredi en fin d’après-midi. « Le trafic aérien sera suspendu à partir de 19 heures ce soir jusqu’à demain samedi à 12h00 » et ne reprendra qu’en fonction des conditions météorologiques, indique également le communiqué.

Toutes les écoles de Guadeloupe ont fermé à midi (18h00 à Paris) et de nombreux habitants ont rangé les terrasses, s’activant à enlever des projectiles potentiels, susceptibles de créer des dégâts sous les effets du vent.

Réserves d’eau

Dans les supermarchés de l’île, les files d’attente à la caisse avaient été longues vendredi matin. Les clients avaient fait notamment des provisions de packs d’eau, pour pallier les coupures survenant souvent lors de fortes intempéries. « J’en ai pris trois, ça devrait suffire jusqu’à dimanche, où le soleil devrait revenir », témoignait Mylène H., 56 ans, dans les rayons avec un caddie rempli d’eau et de conserves, « au cas où ».

Toutes les activités du week-end comme les compétitions sportives, ou les journées du Patrimoine, ont été annulées en raison de l’arrivée de la tempête. Les journées du Patrimoine pourront être reportées « à une date ultérieure » a indiqué la préfecture dans la matinée de vendredi dans un communiqué.

Le 16 septembre est aussi la date anniversaire du cyclone Hugo, ouragan de catégorie 5 qui avait dévasté l’île en 1989.