«30.000 points de captage de l'eau souterraine en France»

ENVIRONNEMENT Plus de 60% de l'eau potable distribuée en France provient du sous-sol. Cette eau s'accumule dans de petits vides entre les roches, comme l'explique Olivier Grière, hydrogéologue et trésorier de l'Union française des géologues.

Aurélie Blondel

— 



Olivier Grière, hydrogéologue.
Olivier Grière, hydrogéologue. — D.R.

O

ù puise-t-on les eaux souterraines?

Elles sont prélevées à des profondeurs variant de quelques mètres à quelques centaines de mètres. Les eaux souterraines sont localisées dans des «aquifères», des ensembles de roches souterraines capables de stocker l’eau et de constituer ainsi des nappes.

Il s’agit des nappes phréatiques ?

En partie seulement. Le grand public appelle «nappe phréatique» toutes les nappes souterraines alors que la nappe phréatique [ndlr : du grec phreatos, puits] est simplement la nappe la plus proche du sol.

Comment ces réserves se forment-elles et se renouvellent-elles?

Quand il pleut, une partie de l’eau de pluie repart dans l’atmosphère, une autre ruisselle et alimente les cours d’eau, et une troisième partie va dans le sol. Les nappes se forment et se renouvellent par la pluie qui s’infiltre ainsi dans les vides des roches.  Les nappes se rechargent surtout l’hiver.

Mais pour qu’une région ait d’importantes réserves d’eau souterraine, il ne suffit pas qu’elle soit très pluvieuse, encore faut-il que la nature du sous-sol permette de retenir l’eau. Exemple: il pleut beaucoup en Bretagne mais le sol est peu perméable et l’eau s’infiltre peu.

Les nappes d’eau sont-elles des sortes de rivières ou d’étangs souterrains?

Non, les grandes étendues d’eau souterraines sont rares. La plupart du temps, les nappes sont constituées d’un ensemble de petits vides de quelques millimètres ou centimètres qui communiquent et dans lesquels l’eau s’infiltre. Il s’agit par exemple de petits vides entre des grains de sable, des pores de la craie, des fissures des roches calcaires. L’eau s’infiltre en profondeur jusqu’à rencontrer une couche imperméable.  Puis elle s’écoule dans la nappe en suivant la pente.

Les rivières et lacs souterrains que l’on rencontre dans les régions karstiques (régions dont les sous-sols présentent des galeries souterraines sous l’effet de la dissolution de la roche par l’eau), dans le Jura par exemple, ne sont qu’un cas particulier de nappes.


Comment l’eau est-elle prélevée?

Il y a en France près de 30000 points de captage d’eaux souterraines. L’eau peut être ramenée à la surface par des forages  –de longs tubes vont chercher l’eau dans la nappe et elle est aspirée. On peut aussi utiliser les sources, les sorties naturelles des nappes à la surface. Dans ce cas, une galerie est souvent creusée juste avant la sortie pour prélever l’eau.

Par quoi l’eau souterraine est-elle polluée?

Elle peut être polluée par les activités humaines –rejets d’eaux usées, pollutions industrielles, pesticides, engrais, etc. Ces substances atteignent les nappes en s’infiltrant dans le sol depuis la surface.

Certaines nappes sont plus susceptibles d’être touchées par ces polluants: les nappes dites «libres» [ndlr : 175 des 200 plus grandes nappes en France], celles qui sont en contact avec la surface parce que leur toit n’est pas imperméable. En revanche, les nappes dites «captives» sont moins vulnérables.

L’état des stocks

Environ 6 milliards de m3 d’eau sont prélevés en France pour l’eau potable par an: un peu moins de 4 milliards  dans les aquifères, le reste à la surface. (Source : Eau de France)

La France compte environ 6500 aquifères. (source: Ifen)

Les 200 plus importants aquifères français (de 100 à 100000 km2) renferment 2000 milliards de m3 d’eau. (Source : BRGM)

Il pleut en France en moyenne  486 milliards de m3 d’eau par an, dont 100 milliards s’infiltrent dans le sous-sol. (Source : MEDDAT)