Savoie : Une association monte au créneau après l’abattage d’un nouveau loup

ANIMAUX Un mâle de deux ans a été abattu dans la nuit du 24 au 25 août lors d’un tir de défense autorisé par la préfecture

20 Minutes avec agence
— 
Un loup a été abattu dans la nuit du 24 au 25 août dernier dans le massif du Grand Arc (illustration).
Un loup a été abattu dans la nuit du 24 au 25 août dernier dans le massif du Grand Arc (illustration). — raincarnation40 / Pixabay

Un loup a été abattu dans la nuit du 24 au 25 août dernier dans le massif du Grand Arc en Savoie. L'animal, un mâle âgé de deux ans, a été tué lors d'un tir autorisé par la préfecture, indique Le Dauphiné Libéré.

Une mesure dénoncée par Férus, une association engagée pour la protection et la conservation de l’ours, du loup et du lynx. Il s'agit du « troisième tir dans une famille de loups (...) condamnant à une mort certaine et dans des conditions cruelles les louveteaux étant encore incapables de se nourrir », indique l'organisation dans une lettre ouverte adressée au préfet.

Deux autres loups tués début août

Début août, l'association avait en effet dénoncé l'abattage d'une louve et d’un mâle reproducteur de la même meute. « L’État français, avec ses autorisations de tirs, a donc décidé de s’acharner sur le reste d’une meute qui ne représentait plus un danger pour le troupeau si en effet le troupeau était bien gardé par des chiens de protection », avance Férus dans sa lettre.

L'association demande ainsi « l’annulation des tirs létaux lors des périodes de reproduction et d’élevage des louveteaux et le retour à l’emploi des moyens d’effarouchement ». De son côté, la préfecture de Savoie avait indiqué au Dauphiné Libéré, le 18 août dernier, que des « arrêtés préfectoraux autorisent des tirs de défense » pour « soulager la pression de prédation constatée sur les troupeaux domestiques ».