Climat : Concentrations record de gaz à effet de serre dans l’atmosphère en 2021

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE L'information vient d'un rapport annuel sur le climat de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique

20 Minutes avec AFP
— 
La Chine a lancé vendredi 16 juillet 2021 son « marché carbone », qui devrait l’aider à réduire ses rejets de gaz à effet de serre - dont elle est la première émettrice mondiale.
La Chine a lancé vendredi 16 juillet 2021 son « marché carbone », qui devrait l’aider à réduire ses rejets de gaz à effet de serre - dont elle est la première émettrice mondiale. — Sam McNeil/AP/SIPA

Les concentrations dans l’atmosphère des gaz à effet de serre responsables du changement climatique ont atteint des niveaux record en 2021, selon un rapport scientifique qui montre à nouveau que le réchauffement de la planète « ne donne aucun signe de ralentissement ».

« Les données présentées dans ce rapport sont claires : nous continuons à voir de plus en plus de preuves scientifiques des impacts mondiaux du réchauffement, qui ne montre aucun signe de ralentissement », a commenté Rick Spinrad, administrateur de l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) dont les scientifiques ont dirigé ce rapport annuel sur le climat.

Un taux déja record en 2021

En 2021, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint en moyenne 414,7 parties par million (ppm), soit 2,3 ppm de plus qu’en 2020, selon l’étude publiée mardi dans la revue de la Société américaine de météorologie. Un record depuis le début des mesures et depuis au moins un million d’années.

Ce record n’est pas vraiment une surprise. Après la baisse exceptionnelle en 2020 avec la crise du Covid-19, les émissions sont largement reparties à la hausse en 2021.

Et dans tous les cas, le CO2 a une durée de vie dans l’atmosphère qui peut aller jusqu’à plusieurs centaines d’années.

Les scientifiques alarmants

Certains scientifiques comparent ainsi l’atmosphère à une baignoire. Même si on réduit le débit de l’eau qui y est déversée (les émissions issues des activités humaines), le volume d’évacuation (absorption du CO2 par les végétaux) n’est tout simplement pas suffisant pour compenser, et la baignoire continue à se remplir.

Les niveaux de méthane, gaz qui ne subsiste qu’une dizaine d’années mais a un pouvoir de réchauffement 80 fois supérieur au CO2 sur une période de vingt ans, ont également atteint un record, selon le communiqué de la NOAA, qui note une accélération « importante » de l’augmentation annuelle des niveaux de méthane ces dernières années.